Aide
Français

Ce programme-cadre est destiné aux écoles de langue française; il remplace Le curriculum de l’Ontario, de la 1re à la 8e année – Éducation physique et santé, version provisoire, republié en 2018. Tout le programme d’éducation physique et santé de la 1re à la 8e année se fonde maintenant sur les attentes et les contenus d’apprentissage énoncés dans cette édition révisée du programme-cadre.

elementaire

Éducation physique et santé (2019)

null
null

Considérations concernant la planification de ce programme-cadre

Dans le contexte de l’approche culturelle de l’enseignement, l’enseignante ou l’enseignant a toute la latitude voulue pour recourir à diverses stratégies d’enseignement et d’apprentissage, dont quelques-unes sont présentées ci-après. Des renseignements supplémentaires concernant les stratégies d’enseignement et d’apprentissage sont aussi offerts à la rubrique Considérations concernant la planification du programme sous l’onglet Planification.

Les stratégies d’enseignement efficace en éducation physique et santé 

L’enseignement en éducation physique et santé devrait aider l’élève à développer les connaissances, les habiletés et les attributs nécessaires pour satisfaire aux attentes du programme-cadre, mais aussi pour pouvoir mener une vie saine et active et en profiter pendant de nombreuses années. En éducation physique et santé, l’enseignement efficace motive l’élève et favorise l’acquisition d’attitudes positives telles que la curiosité et l’ouverture d’esprit, le désir de réfléchir, de questionner, de discuter et de défendre ses opinions en plus de lui faire prendre conscience de l’importance d’écouter, de lire et de communiquer clairement. Pour être efficace, l’enseignement doit être fondé sur la conviction que tous les élèves peuvent réussir et que les apprentissages réalisés en éducation physique et santé sont importants et utiles pour tous les élèves.

Lorsque l’enseignante ou l’enseignant planifie un programme d’éducation physique et santé, plusieurs éléments importants doivent être pris en considération, dont ceux présentés ci-dessous.

L’enseignement constructiviste et l’apprentissage expérientiel devraient être accentués. L’enseignement constructiviste, qui met l’accent sur le rôle de coapprenant et de facilitateur du personnel enseignant, favorise l’apprentissage expérientiel authentique et l’apprentissage par le questionnement, encourage la participation au moyen d’un travail initié par l’élève, crée un sentiment de communauté fondé sur le travail d’équipe et la collaboration et propose des options qui tiennent compte des différents styles d’apprentissage et d’intelligence. Cette approche expérientielle centrée sur l’élève est particulièrement importante dans l’enseignement du programme-cadre d’éducation physique et santé. En effet, elle permet à l’enseignante ou l’enseignant de répondre à une variété d’expériences, d’antécédents et de capacités dans la pratique d’activités physiques ainsi qu’à une variété de besoins et d’expériences, en abordant des sujets et des concepts liés à la vie saine. De plus, il est important d’avoir un programme équilibré qui prévoit un enseignement direct de la matière à l’étude et des habiletés, et qui offre des possibilités permettant à l’élève de mettre en pratique ses connaissances et ses habiletés, lors d’activités structurées et non structurées.

Le développement des habiletés plus complexes de la pensée améliore le rendement de l’élève. En éducation physique et santé, l’élève a la possibilité de mettre en pratique ses habiletés supérieures de la pensée pendant les activités physiques et lorsqu’il lui faut faire des choix et prendre des décisions qui auront une influence sur sa santé et son bien-être. Le contenu de la matière à l’étude permet à l’élève de développer sa capacité à utiliser ses habiletés, ce qui lui permet d’être plus conscient des liens entre la santé (p. ex., santé physique et santé mentale) et les comportements affectant la santé (p. ex., habitudes alimentaires, utilisation de drogues, activité physique). En plus de lui fournir les possibilités de développer sa pensée critique et créative à l’égard de son apprentissage, le personnel enseignant devrait aussi encourager l’élève à réfléchir à la façon dont l’apprentissage a lieu. Afin d’y parvenir, l’enseignante ou l’enseignant devrait appuyer l’élève dans le développement du langage et des techniques nécessaires à l’autoévaluation.

La meilleure façon pour l’élève d’apprendre est par la pratique. L’enseignement et l’apprentissage de nombreuses habiletés mises en valeur dans ce programme-cadre sont plus efficaces quand on a recours à l’approche participative lors d’exploration, d’expériences et d’activités pratiques, car elle permet d’offrir à l’élève de nombreuses possibilités de mettre en pratique ce qu’elle ou il vient d’apprendre. L’élève peut aussi développer ses habiletés personnelles et interpersonnelles en participant aux activités de groupe et à l’apprentissage par la pratique, qui permettent d’acquérir des connaissances et de développer des habiletés et des habitudes qui deviendront la fondation sur laquelle elle ou il bâtira un mode de vie sain et actif de façon permanente. Au moyen d’évaluations régulières et variées, le personnel enseignant peut donner les rétroactions détaillées dont l’élève a besoin pour développer davantage ses habiletés et les perfectionner.

L’élève devrait avoir de nombreuses occasions de participer à une grande variété d’activités et de faire des travaux qui non seulement lui permettent de maîtriser les concepts du programme-cadre d’éducation physique et santé, mais aussi de développer ses habiletés en ce qui a trait au questionnement et à la recherche, de s’extérioriser et d’exercer ses choix personnels. Les activités proposées devraient se baser sur l’évaluation des besoins de chaque élève, sur les théories ayant fait leurs preuves en matière d’apprentissage et sur les meilleures pratiques en enseignement. Des activités qui s’avèrent efficaces permettent l’enseignement direct et le modelage des connaissances et des habiletés de même que la mise en œuvre de stratégies d’apprentissage qui encouragent l’élève à exprimer sa pensée et qui l’incitent à participer à son propre apprentissage.

Pour être efficace, l’enseignement en éducation physique et santé doit correspondre au niveau de développement de l’élève. Un certain nombre d’attentes et de contenus d’apprentissage du programme-cadre d’éducation physique et santé se répètent d’une année d’études à l’autre afin d’offrir à l’élève les nombreuses possibilités requises pour explorer, par des moyens divers et adaptés à son âge et à son niveau de développement, les concepts et les habiletés de base qui sous-tendent ces attentes et ces contenus d’apprentissage. Bien que tous les élèves passent par des étapes de développement moteur prévisibles, leurs habiletés et leurs capacités peuvent varier considérablement en raison des différents niveaux de maturité et des occasions que chacun d’eux a pu avoir pour pratiquer ses habiletés motrices. Tel que mentionné précédemment, le développement des habiletés motrices est lié à l’âge, mais n’en dépend pas. Il s’agit là d’une distinction subtile mais importante, qui souligne la nécessité de faire appel à la différenciation pédagogique et à l’évaluation différenciée. Au fil de sa croissance, l’élève traverse aussi plusieurs stades de développement sur les plans cognitif et social ou émotionnel qui sont décrits dans les survols de la 1ʳᵉ à la 3ᵉ année, de la 4ᵉ à la 6ᵉ année et de la 7ᵉ et 8ᵉ année. Afin de répondre aux besoins de tous les élèves qui se trouvent à différents stades de développement, le personnel enseignant qui se veut efficace cherche à les exposer à une grande variété d’activités, à leur apprendre à développer progressivement leurs habiletés, à leur donner des possibilités pour se concentrer sur la pratique, à leur offrir des rétroactions détaillées et constructives, et à les encourager.

Les stratégies pédagogiques s’appuyant sur les principes fondamentaux en éducation physique et santé contribuent à l’élaboration d’un programme d’éducation physique et santé de qualité qui fait preuve de bonne planification et d’inclusion. Les questions proposées ci-dessous peuvent s’avérer utiles au personnel enseignant dans le cadre de la mise en œuvre de ces principes :

1. Un apprentissage appuyé par le personnel enseignant, les parents et la communauté.

  • Est-ce que l’environnement physique et social de l’école, les programmes, les politiques et les partenariats communautaires sont conformes au programme d’éducation physique et santé et l’appuient?
  • Est-ce que les adultes dans l’environnement scolaire sont des modèles positifs?
  • Est-ce qu’on fait appel aux services et aux ressources francophones disponibles dans la communauté pour appuyer la prestation des cours?

2. L’activité physique comme source d’apprentissage.

  • Est-ce qu’on donne à l’élève des occasions fréquentes et variées d’être actif et de s’impliquer dans des activités physiques?
  • Est-ce que l’environnement est bien planifié, bien géré et bien organisé pour maximiser le temps alloué aux activités?
  • Est-ce que tous les élèves ont la possibilité de participer à une activité physique d’intensité modérée à vigoureuse chaque jour pour pouvoir développer l’habitude de faire régulièrement des activités physiques et améliorer leur condition physique?
  • Est-ce que diverses occasions sont données à l’élève pour avoir une expérience kinesthésique qui répond à un besoin précis et ainsi développer la conscience de son corps et découvrir le plaisir de bouger?
  • Est-ce que l’élève a des occasions d’améliorer ses habiletés par la pratique d’activités physiques et l’exploration des effets du mouvement sur le corps?
  • Est-ce que l’élève est exposé à une grande variété d’activités physiques et de types de mouvements?

3. La sécurité physique et émotionnelle.

  • Est-ce que l’enseignement est conçu de façon à assurer une expérience sécuritaire, inclusive et positive pour tous les élèves?
  • Est-ce que les lignes directrices du conseil scolaire en matière de sécurité et d’équité sont respectées?
  • Est-ce que les membres du personnel enseignant et les élèves prennent des initiatives pour promouvoir les relations saines et pour prévenir l’intimidation et le harcèlement, entre autres en intervenant pour désamorcer des situations qui se présentent au vestiaire, au gymnase et ailleurs?
  • Est-ce qu’on modifie ou adapte les activités afin d’inclure tous les élèves?
  • Est-ce qu’on présente l’exercice comme étant une expérience positive et saine plutôt que comme une forme de punition?
  • Est-ce qu’on s’assure que chaque élève participe au maximum aux activités en évitant d’inclure des activités où il y a un risque de se faire éliminer du jeu et donc de se voir priver du temps de pratique et de participation nécessaires pour améliorer ses habiletés?
  • Comment procède-t-on au choix des équipes? Le fait-on de façon inclusive et juste ou utilise-t-on des méthodes de sélection subjectives, notamment en laissant un élève, le capitaine, choisir les membres de son équipe?
  • Est-ce qu’on considère les antécédents des élèves lorsqu’on présente des concepts en santé afin de ne blesser personne et de s’assurer de la pertinence des concepts présentés?

4. Un apprentissage centré sur l’élève et basé sur les habiletés.

  • Est-ce que les activités et l’enseignement sont différenciés afin que tous les élèves aient une expérience d’apprentissage authentique et pertinente, et puissent réussir?
  • Est-ce que les activités peuvent être modifiées afin de permettre aux élèves ayant divers besoins et diverses habiletés d’y participer?
  • Est-ce que les directives sont claires, concises et communiquées tout au long de la leçon afin de maximiser le temps que l’élève passe à faire l’apprentissage et l’activité?
  • Est-ce qu’on présente souvent des activités modifiées et pour des petits groupes afin d’optimiser la participation?
  • Est-ce que l’élève a la possibilité de choisir les sujets de discussion, d’adapter les limites et le niveau de difficulté des activités, l’équipement, la taille des équipes, etc.?
  • Est-ce que l’élève à l’occasion de discuter des critères portant sur l’apprentissage?
  • Est-ce que les techniques de questionnement utilisées aident l’élève à comprendre son apprentissage et est-ce qu’elles l’incitent à y réfléchir, à s’y engager et à s’en sentir responsable?

5. Un apprentissage équilibré, intégré et concret.

  • Est-ce que le niveau de défi dans l’apprentissage de chaque élève est optimal, les tâches n’étant ni trop difficiles ni trop faciles?
  • Est-ce que le programme englobe les concepts de santé et les concepts liés à l’éducation physique pour que l’élève voie que ces deux composantes sont toutes deux essentielles pour une vie saine et active?
  • Est-ce qu’on présente une variété d’activités pendant l’année et pendant toute la durée de la participation de l’élève au programme?
  • Est-ce que la communication avec les parents, les membres de la communauté, les Aînées et les Aînés, les sénatrices métisses et les sénateurs métis, les gardiennes du savoir et les gardiens du savoir et les détentrices et les détenteurs de savoir, ainsi que l’utilisation d’exemples concrets et d’activités comme des sorties éducatives font partie de l’enseignement permettant à l’élève de faire le lien entre ce qu’elle ou il apprend à l’école et ce qu’elle ou il vit à domicile et dans la communauté?

La planification de l’horaire d’enseignement

L’enseignement du programme-cadre d’éducation physique et santé est de haute qualité et vise à fournir à l’élève des occasions de faire des liens entre les concepts et les habiletés des quatre domaines d’étude.

La planification de la composante santé du programme d’éducation physique et santé doit être exécutée avec soin lorsque certains sujets doivent être enseignés explicitement et que d’autres sujets et concepts peuvent être intégrés à l’apprentissage en éducation physique et faire le lien avec d’autres matières. L’enseignement sporadique de notions de santé ou le manque d’accès au gymnase ne permettent pas d’offrir des occasions d’apprentissage adéquates. Certains sujets des apprentissages en vie saine peuvent être enseignés dans le cadre du programme d’éducation physique et santé et liés avec l’apprentissage d’autres matières. Trente pour cent du temps d’enseignement devrait être consacré à l’enseignement des notions de santé. La gestion de l’enseignement variera d’une école à l’autre et dépendra des besoins des élèves, de l’horaire et de la disponibilité des installations. Si plusieurs membres du personnel enseignant sont responsables de l’enseignement de différents volets du programme d’éducation physique et santé, la communication et la collaboration entre ces enseignantes et enseignants sont essentielles pour assurer la planification et l’évaluation de l’enseignement ainsi que la préparation de bulletins.

La composante en éducation physique du programme-cadre devrait inclure, dans des proportions équilibrées, des jeux, la danse, des mouvements et des activités récréatives et de plein air, ainsi que des occasions d’améliorer sa condition physique tout en développant des habiletés socioémotionnelles lors de ces activités. La combinaison d’activités individuelles et de groupe ainsi que de jeux et d’activités tout autant traditionnels que nouveaux offre à l’élève des occasions d’utiliser sa pensée critique et d’appliquer ses habiletés motrices et ses connaissances de différentes façons. Une planification judicieuse à l’échelle de l’école permet à l’élève de découvrir différentes formes d’activités selon son année d’études, chaque activité lui donnant ensuite l’occasion de faire un apprentissage plus poussé des habiletés motrices, ainsi que des concepts et des stratégies du mouvement, d’une vie active, de la condition physique et de la sécurité.

L’activité physique quotidienne (APQ) est une composante importante d’un programme complet d’éducation physique et santé. Elle peut être incorporée dans l’emploi du temps de plusieurs façons. Par exemple, une activité physique de 20 minutes ou plus pendant une classe d’éducation physique et santé satisferait à l’exigence relative à l’activité physique quotidienne. Les jours où aucune classe d’éducation physique et santé n’a lieu et ceux où le temps passé à faire l’activité physique dans le cadre d’une telle classe n’est pas suffisant, il faudra prévoir d’autres possibilités pour faire 20 minutes d’activité physique vu que celle-ci n’est qu’une composante d’un programme complet d’éducation physique et santé. L’intégration de l’activité physique dans un programme-cadre autre que celui de l’éducation physique et santé est également une bonne stratégie. Voir les documents sur l’activité physique quotidienne sur le site Web du Ministère.

La planification de l’accès aux installations et à l’équipement

Lors de la planification de l’utilisation des installations et de l’équipement, l’enseignante ou l’enseignant devrait s’assurer que le milieu où se déroulera l’apprentissage sera accessible, favorisera le mouvement et tiendra compte du confort et de la sécurité des élèves. Il est important de prévoir des routines que les élèves pourront suivre pour se rendre au gymnase ou au lieu de l’activité et en revenir, pour passer d’une activité à une autre ainsi que pour ramasser et ranger l’équipement utilisé. En prévoyant des lignes directrices où on indique le temps établi pour se changer, utiliser l’équipement ou pour d’autres procédures, le personnel enseignant peut maximiser le temps d’enseignement ainsi que la participation des élèves et améliorer leur confort. Dans la salle de classe, l’enseignante ou l’enseignant doit s’efforcer de créer un lieu confortable et stimulant, qui favorise la formation de groupes de différentes tailles pour les discussions et les activités. L’affichage des travaux en lien avec les discussions portant sur le domaine Vie saine peut aider les élèves à établir des rapports avec leur apprentissage dans d’autres matières et avec leur vie en dehors de l’école.

Étant donné que l’équipement et les installations varieront d’une école à l’autre dans la province, les mesures nécessaires doivent être prises pour s’assurer que l’élève pourra satisfaire aux attentes du programme-cadre dans divers contextes et en utilisant une vaste gamme d’équipements. Le programme-cadre contient une grande variété d’exemples et de suggestions qui illustrent différentes façons de satisfaire aux attentes. Le personnel enseignant peut s’en servir comme source d’inspiration pour adapter les attentes aux besoins particuliers des élèves. Lorsque l’enseignante ou l’enseignant prend des décisions en ce qui concerne les installations et l’équipement, elle ou il doit s’assurer qu’ils sont accessibles à tous les élèves et tenir compte de critères comme le nombre et le choix d’activités qu’ils permettent, le sexe et les niveaux d’habileté des élèves afin d’être juste et équitable envers tous les élèves. Les principes et les directives suggérés par la conception universelle de l’apprentissage doivent aussi être pris en considération lors de la planification de l’utilisation de l’équipement et des installations pour que les besoins de tous les élèves, notamment les élèves identifiés comme étant en difficulté, puissent être satisfaits.

Dans le cadre du programme d’éducation physique et santé, les activités ne doivent pas nécessairement être effectuées dans un gymnase. Plus particulièrement dans les écoles où les installations sont limitées et doivent être partagées par un grand nombre d’élèves, l’établissement de l’horaire des classes ordinaires d’éducation physique exigera une certaine créativité (p. ex., jumelage de classes lorsque l’espace permet une participation sécuritaire, calendrier créatif des périodes d’activité physique, utilisation d’espaces extérieurs, de corridors et de salles de classe mobiles) et l’utilisation d’autres endroits tels que des parcs, des champs et des centres récréatifs à proximité. L’exposition à ces différentes situations permettra aux élèves de mieux connaître les installations communautaires.

Le personnel enseignant doit avoir recours à une variété d’équipements pour favoriser l’acquisition d’habiletés spécifiques et pour varier les activités physiques. Par exemple, pour une activité qui consiste à attraper des objets de différentes tailles et formes, on pourrait inclure des sacs de fèves, des balles de tennis, des ballons de plage et des disques volants. Lorsque les ressources sont limitées, l’enseignante ou l’enseignant devrait faire preuve d’ingéniosité pour s’assurer que chaque élève a la possibilité d’utiliser différents types d’équipement. L’enseignante ou l’enseignant doit fournir à l’élève des directives précises sur la manipulation appropriée de l’équipement, s’assurer que l’équipement est en bon état et bien organisé et tenir compte de la taille, de l’habileté et de l’âge de l’élève pour déterminer quel équipement utiliser.

Les classes mixtes et séparées

Même si toutes les attentes du programme-cadre peuvent être satisfaites dans des classes mixtes ou de même sexe, l’enseignante ou l’enseignant pourrait favoriser l’apprentissage de l’élève et lui permettre d’être plus à l’aise pour poser des questions, en organisant certains volets du programme pour des sous-groupes de garçons ou de filles. L’élève pourrait en profiter pour discuter de certains sujets liés à la santé avec d’autres élèves du même sexe. Il pourrait également être avantageux pour l’élève d’avoir la possibilité d’acquérir et de mettre en pratique des habiletés avec d’autres élèves du même sexe. Cette approche est particulièrement pertinente durant l’adolescence.

Il est aussi important d’organiser des activités qui regroupent filles et garçons pour qu’ils apprennent à mieux se connaître en découvrant leurs différences et les points qu’ils ont en commun, pour qu’ils puissent développer des habiletés relationnelles. L’enseignante ou l’enseignant devrait fonder ses décisions d’enseigner en classe mixte ou séparée selon la sensibilité des sujets et les besoins des élèves. Différentes stratégies peuvent être utilisées selon le contexte pour donner aux élèves l’occasion d’apprendre dans une variété de regroupements différents.

Dans la planification de l’enseignement ou le regroupement d’élèves, il faut prendre en compte les besoins des élèves qui s’identifient comme « garçon » ou « fille », qui sont transgenres ou non conformistes sur le plan du sexe. Pour plus de renseignements sur l’identité sexuelle, l’expression de l’identité sexuelle et les droits de la personne, consultez le site Web de la Commission ontarienne des droits de la personne.

En reconnaissant et en respectant les différences individuelles non liées au sexe, à l’identité de genre ou à l’expression de genre, le personnel enseignant encouragera la participation de l’élève et l’aidera à apprendre à collaborer avec les autres et à respecter les autres. Les stratégies qui favorisent cette prise de conscience chez l’élève misent sur les mesures suivantes :

  • créer un environnement inclusif et accueillant dans la salle de classe et appuyer tous les élèves;
  • créer des occasions concrètes de participer aux approches et aux activités d’apprentissage;
  • donner la possibilité à tous les élèves d’assumer des rôles de leaders;
  • encourager et respecter les champs d’intérêt et les habiletés de tous les élèves;
  • veiller à ce que les responsabilités soient équitablement réparties entre tous les élèves.

Les programmes parallèles au programme d’études

Dans le contexte d’une école saine, le programme d’éducation physique et santé vise à ce que tous les élèves acquièrent les habiletés et les stratégies nécessaires pour participer à une vaste gamme d’activités physiques. Un environnement positif à l’école encouragera l’élève à poursuivre son apprentissage à l’école, à la maison ou dans la collectivité. Les programmes intrascolaires permettent à tous les élèves de participer à des activités dans un contexte informel et moins compétitif. Par ailleurs, les programmes interscolaires offrent aux élèves la possibilité de participer à des activités organisées dans un contexte plus compétitif. Les élèves qui ont des champs d’intérêt communs et qui souhaitent participer à des activités physiques dans un contexte non compétitif peuvent choisir d’autres loisirs ou s’inscrire à des clubs. Au moment de planifier et d’organiser le programme d’éducation physique et santé, les écoles devraient envisager d’utiliser les ressources des organismes, des installations et des programmes communautaires pour offrir aux élèves d’autres genres d’expériences ou d’autres possibilités et ainsi favoriser la pratique d’activités physiques et l’adoption de modes de vie sains.

Les enseignantes et enseignants titulaires de classe sont les principaux intervenants en matière d’éducation des élèves identifiés comme étant en difficulté puisqu’il leur incombe d’aider tous les élèves à apprendre. À cette fin, elles et ils travaillent, s’il y a lieu, en collaboration avec le personnel enseignant responsable de l’éducation de l’enfance en difficulté. Les enseignantes et enseignants titulaires s’engagent à aider tous les élèves à se préparer à une vie aussi autonome que possible. Des renseignements supplémentaires concernant la planification pour l’élève ayant des besoins particuliers sont aussi offerts à la rubrique Considérations concernant la planification du programme sous l’onglet Planification.

Directives générales pour répondre aux besoins particuliers des élèves dans le programme d’éducation physique et santé

Les directives générales présentées ici peuvent aider l’enseignante ou l’enseignant à faire en sorte que tous les élèves puissent participer le plus possible aux activités du programme d’éducation physique et santé :

  • Tenir compte de ce qu’elles et ils peuvent accomplir plutôt que de leurs difficultés, de leurs déficiences ou de leurs besoins particuliers.
  • Discuter avec l’élève au sujet de ses besoins et des stratégies qui l’aideront à se sentir à l’aise et à s’intégrer.
  • Traiter chaque cas individuellement, en collaborant avec l’enseignante ou l’enseignant de l’enfance en difficulté et en s’appuyant sur les ressources et les organismes de soutien, et apporter des ajustements aux activités en fonction des besoins et du PEI de l’élève.
  • Apporter des modifications seulement si c’est nécessaire, tout en sachant que ces modifications sont temporaires et souples. Continuer à faire des adaptations et des changements au besoin.
  • Diviser en étapes les nouvelles compétences ou habiletés à acquérir, et voir à ce que l’apprentissage se fasse  progressivement.
  • Être juste avec tous les élèves et éviter de mettre en évidence les adaptations et les modifications apportées pour certains élèves.
  • S’assurer que l’équipement approprié est disponible et, au besoin, se servir d’équipement spécialisé (p. ex., objets qui diffèrent par leur taille, par leur couleur, leur poids ou leur texture).
  • Adapter les règles des activités pour accroître les chances de réussite tout en maintenant un niveau de difficulté suffisant (p. ex., augmenter le nombre de tentatives; agrandir ou rapprocher une cible; modifier la taille d’une aire de jeu; modifier le tempo de la musique; prolonger ou réduire le temps de jeu).
  • Fournir des indices verbaux, au besoin. 
  • S’assurer que l’élève qui a besoin d’aide en obtient d’une ou d’un partenaire de jeu.
  • Déterminer les adaptations, les modifications ou les directives nécessaires qui pourront aider l’élève à comprendre les routines et le code de conduite à respecter dans différents lieux, les règles à suivre au vestiaire, la transition entre les activités et les déplacements à destination et en provenance du gymnase.

Selon les besoins particuliers des élèves, d’autres éléments pourraient être pris en considération concernant l’enseignement des notions de santé, surtout en ce qui a trait au développement humain et à la santé sexuelle. Certains élèves ayant des déficiences intellectuelles et physiques ou d’autres difficultés peuvent être davantage exposés à l’exploitation et à de mauvais traitements et, dans certains cas, peuvent même ne pas avoir eu l’expérience d’être reconnus comme ayant une sexualité saine ou d’avoir le droit de vivre leur sexualité. Il se peut, en outre, que ces élèves aient participé à moins d’activités éducatives, structurées ou non, en matière de santé sexuelle. Le personnel enseignant doit s’assurer de préserver la dignité et la vie privée de ces élèves et d’utiliser les ressources appropriées à leur niveau de développement et de besoin sur le plan physique, cognitif, social et émotionnel. Les adaptations et les approches nécessaires varieront selon les besoins des élèves, mais il est important de s’assurer que tous les élèves ont accès à de l’information et à un soutien en ce qui touche leur santé sexuelle.

Certains élèves ayant des besoins particuliers peuvent éprouver des difficultés au niveau de la pensée abstraite. Ils peuvent avoir du mal à évaluer les conséquences de leur comportement, la signification du consentement et à distinguer les comportements acceptables en privé et en public et à comprendre ce qu’est la pudeur. En ce qui concerne l’éducation en matière de santé sexuelle, lorsqu’on enseigne à des élèves qui ont des besoins particuliers, il est important de diversifier les façons de transmettre l’information et de consacrer beaucoup de place à la répétition et à la pratique d’habiletés, y compris celles qui entrent en jeu lorsqu’ils apprennent à dire « non ». Les exemples donnés doivent être concrets. Enfin, il faut faire comprendre aux élèves qu’ils ont le droit de refuser et leur montrer les façons appropriées de manifester de l’affection ainsi que de reconnaître le consentement et de respecter les règles du consentement.

En Ontario, la Loi sur l’éducation, la Loi sur la santé et la sécurité au travail, la Loi Ryan de 2015 pour assurer la création d’écoles attentives à l’asthme et la Loi Sabrina de 2005 veillent toutes à ce que les conseils scolaires fournissent un milieu d’apprentissage et de travail sécuritaire et productif aux élèves et au personnel. Conformément à la Loi sur l’éducation, l’enseignante ou l’enseignant doit veiller à ce que toutes les mesures de sécurité suffisantes soient prises dans le cadre des cours et des activités dont elle ou il a la responsabilité (alinéa 20 (g) du Règlement 298). En tout temps, le personnel enseignant doit adopter des pratiques sécuritaires, et l’élève doit être informé des exigences en matière de sécurité, conformément aux politiques du conseil scolaire et du ministère de l’Éducation et aux règlements du ministère du Travail, ainsi qu’être encouragé à assumer la responsabilité quant à sa propre sécurité et à celle des autres. L’élève doit être sensibilisé au fait que la santé et la sécurité relèvent de la responsabilité de tout le monde, que ce soit à la maison, à l’école ou au travail.

Le personnel enseignant est invité à passer en revue :

  • ses responsabilités énoncées dans la Loi sur l’éducation;
  • ses droits et ses responsabilités énoncés dans la Loi sur la santé et la sécurité au travail et ses règlements;
  • la politique de santé et de sécurité de son conseil scolaire pour le personnel;
  • les politiques et les procédures de son conseil scolaire relatives à la santé et à la sécurité des élèves (p. ex., concernant les commotions cérébrales, les affections médicales, comme l’asthme, et les excursions d’éducation en plein air);
  • les lignes directrices et les normes provinciales pertinentes élaborées par des associations et concernant la santé et à la sécurité des élèves (p. ex., les Normes de sécurité de l'Ontario pour l'activité physique en éducation d’Ophea);
  • toute exigence supplémentaire, notamment pour des activités à risque élevé (p. ex., les excursions qui comprennent des activités aquatiques), y compris les approbations (p. ex., de l’agente ou de l’agent de supervision), les permissions (p. ex., des parents ou des tutrices et tuteurs) et les qualifications (p. ex., la preuve de réussite d’un test de natation par les élèves).

L’enseignante ou l’enseignant doit suivre les directives et les mesures de sécurité du conseil scolaire et s’assurer que les élèves ont les connaissances et les habiletés nécessaires pour participer de façon sécuritaire aux activités d’éducation physique et santé. Les directives et les mesures de sécurité doivent énoncer les règles pour chaque activité en indiquant les bonnes pratiques à suivre, en traitant des questions ayant trait à l’enseignement, à la supervision, aux locaux, à l’équipement, à la tenue vestimentaire et aux chaussures, et en mentionnant les règles spéciales, le cas échéant. Elles doivent aussi tenir compte de la politique du conseil scolaire quant à la conduite des activités, et faire l’objet d’une mise à jour périodique. Toute activité physique étant accompagnée d’un élément de risque, le personnel de l’administration scolaire et le personnel enseignant doivent assurer un environnement sécuritaire pour minimiser ce risque. Le facteur clé d’un programme sécuritaire est la sensibilisation à la sécurité fondée sur des renseignements à jour, le bon sens, l’initiative et la prévoyance.

Le souci de la sécurité devrait faire partie intégrante de la planification pédagogique et de sa mise en œuvre. Le conseil scolaire et son personnel sont les principaux responsables du respect de méthodes sécuritaires. On doit, dans la mesure du possible, identifier tout risque de danger et élaborer des procédures pour prévenir les accidents et les blessures, et y répondre, et en minimiser le risque. Dans un environnement sécuritaire, l’enseignante ou l’enseignant :

  • sera au courant des mesures de sécurité les plus récentes;
  • planifiera les activités en pensant à la sécurité en premier lieu;
  • observera les élèves pour s’assurer qu’elles et ils adhèrent aux pratiques sécuritaires;
  • aura un plan d’urgence;
  • fera preuve de prévoyance;
  • agira rapidement.

L’enseignante ou l’enseignant doit établir et appuyer une culture de sécurité et doit s’assurer de la sécurité d’une activité avant de demander aux élèves d’y participer en envisageant et en évaluant tout risque potentiel et en mettant en place des moyens de contrôle pour protéger les élèves. En mettant en œuvre des pratiques d’enseignement sécuritaire telles qu’une progression et une transition logiques et en choisissant des activités appropriées à l’âge et au niveau de développement des élèves, l’enseignante ou l’enseignant peut minimiser les risques et éviter des blessures. Les politiques des conseils scolaires relatives à la prévention des commotions cérébrales et les procédures d’intervention et de gestion en cas de diagnostic (y compris les procédures pour le retour aux études et la reprise d’activités physiques) revêtent une grande importance dans le contexte de l’éducation physique. (En ce qui concerne les commotions cérébrales, il importe de préciser pour les élèves et les parents que les casques sont conçus principalement pour prévenir les blessures au crâne, et que les protège-dents sont conçus pour prévenir les blessures aux dents et aux gencives. Il n’existe actuellement aucune preuve démontrant que les casques et les protège-dents préviennent les commotions cérébrales, car ils n’empêchent pas le cerveau de bouger à l’intérieur du crâne.)

Les excursions scolaires peuvent aussi présenter des dangers pour la santé et la sécurité, dangers qui ne se présenteraient pas lors d’activités à l’école. Ces excursions sont pour l’élève l’occasion d’un apprentissage authentique et significative. Cependant, elles placent l’enseignante ou l’enseignant et l’élève dans un environnement qui n’est pas l’environnement prévisible de la salle de classe. L’enseignante ou l’enseignant doit organiser soigneusement ces activités en conformité avec les politiques et les procédures pertinentes de son conseil scolaire et en collaboration avec d’autres membres du personnel du conseil scolaire (p. ex., la direction d’école, les responsables de l’enseignement de plein air ainsi que les agentes et les agents de supervision) pour veiller à la santé et à la sécurité des élèves.

L’élève montre qu’elle ou il a les connaissances, les habiletés et les modes de pensées nécessaires à une participation sécuritaire aux activités du programme d’éducation physique et santé quand elle ou il :

  • comprend pourquoi il y a des règles;
  • suit les routines établies (p. ex., pour entrer et sortir du gymnase, se changer, lors de la mise en train et du retour au calme) et met en pratique ses aptitudes en matière de sécurité personnelle pendant les activités physiques en classe, au gymnase, dans l’école, dans la cour de l’école et dans la communauté;
  • identifie les risques de sécurité éventuels;
  • propose et met en place des procédures de sécurité appropriées;
  • suit les directives énoncées pour chaque activité (p. ex., au début et à la fin d’une activité);
  • est constamment conscient de son bien-être et de sa sécurité comme de ceux des autres;
  • porte des vêtements qui sont appropriés et prend les précautions nécessaires (p. ex., un chapeau, un écran solaire) lors d’activités en plein air, porte les chaussures appropriées en s’assurant de bien les lacer et enlève ses bijoux pour toute activité physique;
  • se sert de l’équipement de façon sécuritaire en prêtant attention à l’espace qui l’entoure;
  • assume des responsabilités en matière de sécurité appropriées à son âge et à son niveau de développement (p. ex., pour utiliser l’équipement) et prend les précautions nécessaires en participant à des activités (p. ex., en utilisant un tapis de sécurité);
  • suit les règles et les attentes du lieu de l’activité (p. ex., en skiant uniquement sur les pistes ouvertes, en observant les règlements du lieu visité).

Sur le plan de la sécurité, il est aussi important de veiller à ce que l’élève se sente à l’aise physiquement, émotionnellement et socialement. Par exemple, l’élève doit être à l’aise lorsqu’il faut se changer pour la classe d’éducation physique, former des groupes, effectuer des tâches physiques et discuter de sujets liés à la santé. Il faut s’assurer que tout élève, quels que soient sa culture, son habileté, son sexe, son identité de genre, son expression de genre ou son orientation sexuelle, se sente inclus et reconnu dans toutes les activités et discussions.

Il est également important que les parents informent les membres appropriés du personnel scolaire de tout problème de santé de leur enfant (p. ex., diabète, hémophilie), y compris des allergies. En vertu de la Loi visant à protéger les élèves anaphylactiques (également connue sous le nom de Loi Sabrina), tous les conseils scolaires doivent mettre en place des politiques et des procédures pour lutter contre le problème des réactions anaphylactiques dans les écoles. Les conseils scolaires doivent prévoir des séances de formation pour le personnel quant aux précautions à prendre dans les cas d’allergies potentiellement mortelles. La direction d’école doit aussi avoir un plan pour chaque élève présentant une allergie anaphylactique et prévoir les mesures à suivre en cas d’urgence.

Des renseignements supplémentaires concernant la santé et la sécurité sont aussi offerts à la rubrique Considérations concernant la planification du programme sous l’onglet Planification.

Il existe de nombreuses façons d’intégrer l’éducation environnementale dans le cadre de l’enseignement de l’éducation physique et de la santé. Le programme d’éducation physique et santé est fréquemment enseigné dans la cour d’école, dans des sentiers, dans d’autres endroits en plein air et dans des installations communautaires. Pour être actif dans ces lieux, l’élève doit apprendre à apprécier et à respecter l’environnement. La valorisation de l’air pur et des espaces extérieurs, l’adoption de pratiques saines et respectueuses de l’environnement (telles que le transport actif, le jardinage et la consommation d’aliments locaux), la conscience des répercussions de l’utilisation des sentiers, la compréhension des risques environnementaux (y compris l’exposition aux rayons du soleil et à la pollution atmosphérique) sont des volets de l’éducation environnementale en lien avec l’enseignement du programme d’éducation physique et santé. Pour favoriser la compréhension de ces liens, l’enseignante ou l’enseignant du programme d’éducation physique et santé est encouragé à organiser des sorties en dehors de la classe et de l’école afin d’aider l’élève à observer, à explorer et à apprécier la nature et à être actif à l’extérieur.

Les habiletés socioémotionnelles qui sont intégrées à chaque année d’études permettent d’appuyer l’éducation environnementale. En développant sa conscience de soi et sa confiance en soi ainsi que sa pensée critique et créative, l’élève apprend à mieux se connaître et à travailler efficacement avec les autres en leur montrant du respect, et acquiert la capacité de penser en termes de système. Elle ou il augmente ainsi sa capacité à faire des liens avec le monde qui l’entoure et apprend à devenir une citoyenne ou un citoyen écoresponsable. Les habiletés permettant de reconnaître les sources de stress et de faire face aux difficultés et celles favorisant le développement d’habitudes de pensée propices à la motivation et à la persévérance peuvent aussi être mises en application en éducation environnementale.

Des renseignements supplémentaires concernant l’éducation environnementale sont aussi offerts à la rubrique Apprentissage interdisciplinaire et intégré sous l’onglet Planification.

L’ensemble du programme d’éducation physique et santé vise l’acquisition d’habiletés nécessaires à l’établissement de relations saines. Les attentes et les contenus d’apprentissage liés aux caractéristiques des relations saines et à la résolution de problèmes à cet égard exposent l’élève, par des moyens appropriés pour son âge, aux connaissances et aux compétences dont elle ou il aura besoin pour maintenir des relations saines toute sa vie.

L’élève doit acquérir des habiletés interpersonnelles et avoir l’occasion de les améliorer pour pouvoir entretenir des rapports positifs avec autrui. Les contenus d’apprentissage relatifs aux habiletés socioémotionnelles qu’on trouve dans ce programme-cadre visent le développement des aptitudes à communiquer ainsi que la conscience de soi et des compétences relationnelles et sociales nécessaires à l’établissement et au maintien de relations saines. Les activités physiques dans le gymnase et ailleurs ainsi que les échanges en classe fournissent de nombreuses possibilités à l’élève d’entrer en interaction avec les autres et de développer ces habiletés. En outre, l’élève améliore sa capacité à participer à des relations saines en développant sa conscience de soi, sa capacité à reconnaître les sources de stress, à faire face aux difficultés et aux défis, et à développer sa pensée critique et créative dans l’ensemble du programme d’éducation physique et santé.

L’étude des relations saines comprend un volet sur les effets de toutes sortes de violence et d’intimidation et de harcèlement pratiqués en personne ou en ligne, ainsi que la prévention de ce genre de comportements. Ce volet met l’accent sur la prévention de comportements tels que le racisme, le sexisme, l’hétérophobie, l’homophobie et la transphobie ainsi que d’autres comportements de discrimination comme les distinctions de classe sociale, de taille ou de capacité physique. Il importe également d’aborder d’autres types de harcèlement, par exemple les taquineries au sujet du poids, de l’apparence, de l’identité ou du manque d’habileté d’une personne, qui peuvent être directement reliés aux concepts que l’élève apprend dans ces cours. Parmi les efforts déployés en vue de créer un climat d’apprentissage respectueux et exempt de discrimination, l’enseignante ou l’enseignant devrait aussi examiner ses propres partis pris et les aborder.

Des renseignements supplémentaires concernant les relations saines sont aussi offerts à la rubrique Considérations concernant la planification du programme sous l’onglet Planification.

Lors de l’enseignement des domaines Vie active et Compétence motrice du programme d’éducation physique et santé, l’enseignante ou l’enseignant doit s’assurer que les élèves sont exposés à un large éventail d’activités et d’exercices intéressants pour tous les élèves. Les activités sportives et ludiques devraient comporter une bonne combinaison d’activités individuelles, en petits groupes et récréatives, y compris des exercices de mise en forme et des exercices visant la réduction du stress telles que des techniques simples de yoga.

Pour les élèves des différentes confessions religieuses, le personnel enseignant devrait également s’efforcer de prendre des mesures d’adaptation raisonnables en harmonie avec les directives du conseil scolaire en matière d’adaptation religieuse (p. ex., cours de natation séparés pour garçons et pour filles, groupement d’élèves du même sexe pour les activités en petits groupes) et tenir compte des restrictions touchant la tenue vestimentaire pour certains élèves. De plus, l’enseignante ou l’enseignant doit offrir des accommodements pour les élèves qui jeûnent pour des raisons religieuses.

En ce qui concerne l’activité physique, il faudrait également prendre en compte la diversité des habiletés, des besoins et des origines des élèves. L’enseignante ou l’enseignant devrait se familiariser avec différentes stratégies permettant de faire participer de manière appropriée des élèves présentant des situations et des besoins divers. Par exemple, en introduisant des jeux et des activités qui ont leurs origines dans une communauté particulière, on peut rendre l’apprentissage plus pertinent pour les élèves de cette communauté, promouvoir la sensibilisation à différentes cultures et le respect parmi les autres élèves. La crosse, par exemple, tire son origine de jeux que pratiquaient les Haudenosaunee et d’autres Premières Nations. Ce sport comporte des éléments culturels qui plairont aux élèves, peu importent leurs origines. Lorsque l’enseignante ou l’enseignant intègre ce genre d’activités au programme, elle ou il doit rechercher des ressources culturellement pertinentes et appropriées qui établissent un lien clair avec le patrimoine culturel pour favoriser la compréhension, la sensibilisation et le respect.

Les attentes relatives au domaine d’étude Vie saine fournissent l’occasion au personnel enseignant d’aborder d’importants enjeux se rapportant à l’équité, à l’inclusion et à la discrimination. Par exemple, en matière de santé sexuelle, on aborde les questions relatives aux spécificités de chaque sexe, dont les différentes normes de comportement sexuel et les risques associés aux activités sexuelles non protégées pour les femmes et les hommes. En ce qui concerne l’alimentation saine, l’enseignement doit tenir compte de la diversité des croyances et des facteurs religieux et culturels (p. ex., végétarisme, jeûne religieux, aliments traditionnels) qui déterminent les choix et les habitudes alimentaires. La standardisation et l’uniformisation que véhiculent les médias par rapport à la beauté et à l’apparence physique pourraient avoir des effets néfastes sur les élèves des deux sexes, ainsi que des incidences en matière d’équité et d’inclusion. Il faut examiner l’utilisation de stéroïdes et d’autres substances dans le but d’améliorer les performances athlétiques et l’apparence, ainsi que les régimes amaigrissants visant à satisfaire à des normes de beauté utopiques.

Des renseignements supplémentaires concernant les droits de la personne, l’équité et l’éducation inclusive sont aussi offerts à la rubrique Considérations concernant la planification du programme sous l’onglet Planification.

L’enseignement du programme d’éducation physique et santé est étroitement lié à l’enseignement de la littératie financière et ceci de plusieurs façons. Les attentes et les contenus d’apprentissage du domaine d’étude Vie saine présentent des occasions d’explorer des questions de nature financière ayant un rapport avec différents domaines de la santé, qu’il s’agisse de déterminer l’impact d’une alimentation saine sur le budget familial ou de calculer les coûts financiers associés à la consommation d’alcool ou de drogues. En se fixant des objectifs personnels en matière de conditionnement physique, l’élève doit considérer les coûts associés à divers types d’activité physique ou de sport. Ce faisant, l’élève développera progressivement le savoir-faire nécessaire pour devenir une consommatrice ou un consommateur averti. Pour étudier ces questions, on doit mettre en pratique des habiletés socioémotionnelles du programme-cadre. La prise de conscience de son identité propre et de son estime de soi, les habiletés favorisant la motivation et la persévérance, la gestion du stress, ainsi que les habiletés de relations personnelles et de la pensée critique peuvent aider à l’élève de prendre des décisions financières éclairées sa vie durant.

Des renseignements supplémentaires concernant la littératie financière sont aussi offerts à la rubrique Apprentissage interdisciplinaire et intégré sous l’onglet Planification.

La littératie

La littératie est un outil essentiel qui englobe une grande variété d’habiletés connexes, notamment la pensée, l’expression et la réflexion. L’importance et la portée de la littératie dans les écoles de l’Ontario sont discutées en détail à la rubrique Apprentissage interdisciplinaire et intégré sous l’onglet Planification.

Dans le cadre du programme d’éducation physique et santé, la littératie comprend la recherche, la communication orale, écrite et visuelle dont la capacité à communiquer avec des mots, des gestes et des mouvements du corps, à établir des liens entre des illustrations et un texte, à jouer un rôle pour illustrer le sens d’une histoire ou d’un scénario, à faire des recherches, à discuter, à écouter, à utiliser différents médias et, ce qui est particulièrement pertinent pour l’apprentissage kinesthésique, à communiquer avec son corps. L’élève a recours au langage pour indiquer ses observations, décrire ses analyses critiques dans des contextes formels et informels et présenter ses conclusions dans des présentations et des rapports, oralement, par écrit, à l’aide de diagrammes ou sous forme de documents multimédias. La compréhension de l’éducation physique et santé exige d’utiliser et de comprendre une terminologie spécialisée. Dans tout le programme d’éducation physique et santé, l’élève communique en français en utilisant le vocabulaire approprié et est encouragé à le faire avec soin et précision en vue d’une communication efficace.

L’enseignante ou l’enseignant en éducation physique et santé a un rôle important à jouer pour aider l’élève à renforcer ses habiletés de communication. En plus de mettre en pratique ses habiletés en lecture et écriture et ses compétences médiatiques, l’élève en éducation physique et santé doit être capable de communiquer oralement en écoutant et en parlant ainsi que de communiquer gestuellement au moyen du langage corporel. (C’est généralement dans le contexte de la communication orale qu’est abordée la gestuelle, c’est-à-dire l’utilisation et l’interprétation de gestes pour communiquer. En éducation physique et santé, cet aspect de la communication est élargi pour englober un ensemble d’habiletés relevant du langage corporel.) L’élève pourra ainsi acquérir de nouvelles connaissances en éducation physique et santé et communiquer sa compréhension de ce qu’elle ou il a appris.

Les habiletés de communication gestuelle sont essentielles au développement de la littératie en matière d’éducation physique. L’élève comprend comment le corps se meut et apprend comment communiquer avec son corps au moyen de mouvements voulus. Pour améliorer l’efficacité d’une action, elle ou il apprend à s’autocorriger et à écouter les rétroactions de ses pairs. Au fur et à mesure que l’élève développe ses habiletés motrices, elle ou il développe également ses habiletés socioémotionnelles. L’élève apprend à utiliser son corps pour exprimer ses sentiments et à comprendre le langage corporel dans différentes situations, telles que reconnaître les signes de danger et de résistance dans le langage corporel des autres et les signes physiques émotionnels durant les résolutions de conflits, et à interpréter les indices corporels dans les jeux. Pour renforcer ses habiletés de communication gestuelle, l’élève doit avoir des occasions de les observer et de les mettre en pratique, et d’expérimenter. Les activités physiques et l’apprentissage par l’expérience ayant trait à la santé offrent à l’élève de nombreuses occasions pour la pratique et l’observation de ses habiletés de communication gestuelle.

Bien que les habiletés de communication gestuelle soient un aspect important du programme d’éducation physique et santé, les habiletés de communication orale sont également importantes pour le développement de la littératie en matière d’éducation physique et de santé ainsi que pour la réflexion, l’apprentissage et le développement de l’identité culturelle. Par des conversations signifiantes, l’élève apprend non seulement à communiquer des renseignements, mais également à explorer et à comprendre des idées et des concepts, à repérer et à régler des problèmes, à organiser ses expériences et ses connaissances, ainsi qu’à clarifier et à exprimer sa pensée, ses sentiments et ses opinions. C’est également l’occasion d’élargir le vocabulaire de l’élève en renforçant l’utilisation correcte et précise de la terminologie propre à l’éducation physique, à la santé et de vie saine. Pour renforcer ses habiletés de communication orale, l’élève doit avoir la possibilité de discuter d’un éventail de sujets liés à l’éducation physique et à la santé. Dans le cadre du programme d’éducation physique et santé, l’élève peut participer à diverses activités de communication orale en lien avec les attentes établies dans tous les domaines (p. ex., remue-méninges pour déterminer ce qu’elle ou il sait à propos d’un nouveau sujet à l’étude, discussion des stratégies de résolution d’un problème, présentation d’idées ou débats sur différents enjeux, formulation de critiques ou de commentaires constructifs sur le travail, la démonstration d’habiletés ou les opinions exprimées par les pairs).

Lorsque l’élève parle, écrit ou montre ses connaissances en éducation physique et santé, l’enseignante ou l’enseignant peut lui demander d’expliquer sa pensée et le raisonnement qui lui a permis d’élaborer une solution, une conception ou une stratégie particulière ou de réfléchir sur ce qu’elle ou il a fait, en lui posant des questions. Puisqu’une question ouverte est le point de départ d’une recherche efficace de renseignements ou d’une résolution de problème, il est important que l’enseignante ou l’enseignant formule des questions ouvertes et permette à l’élève de poser des questions et de trouver des réponses.

En lisant des textes sur l’éducation physique et la santé, l’élève utilise des habiletés différentes de celles auxquelles elle ou il a recours lors de la lecture des œuvres de fiction. L’élève doit comprendre le vocabulaire et la terminologie propres à l’éducation physique et à la santé et être en mesure d’interpréter les symboles, les tableaux et les diagrammes. Pour que l’élève puisse comprendre la signification de ce qu’elle ou il lit en éducation physique et santé, l’enseignante ou l’enseignant doit élaborer et enseigner des stratégies qui appuient l’apprentissage de la lecture. Il y a de nombreux ouvrages de fiction qui peuvent être utilisés pour illustrer des concepts clés en éducation physique et santé tels que la résilience, la santé mentale, la vie saine et la vie active. L’enseignante ou l’enseignant de français peut faire lire des ouvrages de fiction qui exemplifient les concepts du programme-cadre d’éducation physique et santé afin d’offrir des occasions pour des discussions signifiantes sur la vie saine et active.

La pensée critique et la littératie critique

En éducation physique et santé, l’élève exerce sa pensée critique pour analyser une situation donnée, pour évaluer les répercussions d’une décision ou d’une intervention, et pour se former une opinion sur un enjeu et présenter une justification à l’appui. L’élève est amené à examiner les opinions et les valeurs des autres, à analyser des situations, à détecter les préjugés, à mettre au jour le sens caché ou implicite d’un texte, à utiliser l’information recueillie pour se faire une opinion ou pour prendre position sur une question ou un enjeu, ou encore, pour concevoir un plan d’action ou d’intervention qui pourrait changer une situation. Ces habiletés font partie intégrante des attentes et des contenus d’apprentissage se rapportant aux habiletés socioémotionnelles qui ciblent la pensée critique et créative et qui s’appliquent dans tout le curriculum.

Dans le programme d’éducation physique et santé, l’élève met à contribution ses habiletés en littératie critique pour analyser divers textes médiatiques, pour en déterminer les objectifs et pour décoder les messages sous-jacents. Ce faisant, l’élève peut relever les préjugés que renferment ces textes et leurs lacunes, c’est-à-dire comment on a déterminé leur contenu, qui en a eu la responsabilité et qui sont les personnes ou les groupes dont on a omis les perspectives. L’élève est alors en mesure de faire sa propre interprétation d’une problématique. Le personnel enseignant doit donc favoriser et multiplier les occasions permettant à l’élève de participer à des discussions critiques sur le contenu de la documentation qui lui est présentée, qu’il s’agisse d’émissions de télévision, de films, de pages Web, de messages publicitaires ou d’autres moyens d’expression. Ce genre de discussion aide l’élève à comprendre comment les auteurs tentent de le joindre en tant que membre d’une communauté ou de la société en général. En effet, le langage et la communication, quels qu’ils soient, ne sont jamais neutres : ils servent à informer, divertir, persuader, émouvoir et manipuler.

En éducation physique et santé, l’élève développe ses habiletés métacognitives de plusieurs façons. Par exemple, les attentes portant sur les habiletés socioémotionnelles englobent le développement d’habiletés pour la conscience de soi, la reconnaissance et la gestion des émotions, la gestion du stress, l’adaptabilité et la motivation positive. L’élève apprend à reconnaître ses points forts et ses besoins ainsi qu’à développer des stratégies pour faire face aux difficultés qui se présentent, pour suivre ses progrès et pour faire des choix santé et mener une vie saine. C’est aussi en réfléchissant aux stratégies adoptées et aux techniques utilisées pour évaluer ses progrès que l’élève pourra développer et améliorer sa compétence motrice et sa condition physique.

Plus d’information sur la pensée critique et la littératie critique est offerte à la rubrique Apprentissage interdisciplinaire et intégré sous l’onglet Planification.

Les habiletés d’enquête

Le processus d’enquête et la recherche d’information sont au cœur de l’apprentissage dans toutes les matières. En éducation physique et santé, l’élève est encouragé à développer sa capacité à poser des questions et à envisager une variété de réponses possibles. L’enseignante ou l’enseignant peut faciliter ce processus en utilisant des techniques de questionnement efficaces et en faisant la démonstration, de même qu’en planifiant un enseignement axé sur le questionnement, plus particulièrement dans le contexte de l’apprentissage par l’expérience. Différents types de questions peuvent être posés pour stimuler la réflexion, notamment :

  • les questions simples sur les habiletés qui permettent de formuler des commentaires signifiants et développer la compréhension des habiletés (p. ex., Quelle était la position de ta tête à la fin du saut? Quels types d’information cherches-tu quand tu lis les étiquettes de produits alimentaires?);
  • les questions d’analyse qui permettent d’acquérir des habiletés de prise de décisions et de résolution de problèmes concernant la stratégie du jeu ou de l’activité ou une question sur des choix liés à sa santé en demandant comment ou pourquoi (p. ex., Comment pouvez-vous, ton partenaire et toi, unir vos efforts pour rester en possession du ballon plus longtemps? Comment résoudrais-tu un problème dans une relation? Quelle démarche dois-tu entreprendre?);
  • les questions récapitulatives qui permettent d’acquérir des habiletés de réf lexion sur la participation à l’activité ou le développement d’une habileté afin d’améliorer l’activité ou l’approche (p. ex., Comment cette activité pourrait-elle être modifiée pour que tout le monde ait plus de chances d’intervenir dans le jeu? Qu’as-tu aimé dans cette activité? Quelles habiletés acquiers-tu en jouant à ce jeu? Que pourrais-tu faire différemment pour réduire le risque de blessure?).

La capacité de répondre à ces questions aide l’élève à renforcer sa confiance en soi et ses capacités à mesure qu’elle ou il acquiert des compétences en éducation physique et en santé. Les questions de l’enseignante ou l’enseignant servent de modèle à l’élève pour qu’elle ou il développe ses propres habitudes de recherche.

Les habiletés en matière de numératie

En plus de fournir des occasions de développement de la littératie, le programme d’éducation physique et santé renforce et améliore la compétence de l’élève en numératie, y compris en matière d’éléments fondamentaux en mathématiques. Par exemple, pour suivre les changements de la condition physique ou pour noter la consommation d’aliments dans le but d’adopter de saines habitudes alimentaires, il faut faire preuve d’une communication claire et concise qui exige souvent l’utilisation de diagrammes, de tableaux et de graphiques. En outre, le bien-être, l’estime de soi et l’autoefficacité de l’élève peuvent être améliorés dans le cadre de son apprentissage dans les cours de mathématiques. Voir le document du ministère de l’Ontario Oui, je peux! Mettre l'accent sur le bien-être dans les classes de mathématiques, Accroître la capacité M-12, janvier 2018.

Plus d’information sur la numératie est offerte à la rubrique Apprentissage interdisciplinaire et intégré sous l’onglet Planification.

Le programme d’éducation physique et santé permet à l’élève de faire l’apprentissage des questions d’éthique, d’explorer les normes de déontologie et de faire preuve d’éthique lors de la prise de décisions personnelles et lors d’interactions en groupe. En appliquant des concepts tels que l’inclusion et le respect envers les autres, l’élève apprend et emploie les principes du franc-jeu dans diverses situations et différentes activités et acquiert ainsi une compréhension de ce qu’est l’éthique. À mesure que l’élève développe ses habiletés socioémotionnelles en apprenant à se connaître, en ayant conscience de la nature de ses interactions avec les autres et en faisant preuve de pensée critique et créative, sa compréhension de ce qu’est l’éthique s’approfondit. Les programmes d’éducation physique et santé offrent de nombreuses occasions d’explorer des questions d’éthique liées à des sujets tels que la violence dans les sports, le recours aux substances qui améliorent la performance ou la notion de la victoire à tout prix. De même, l’élève peut voir comment les sports et l’activité physique peuvent servir de base pour bâtir une communauté et examiner des questions d’éthique en relation avec la promotion de la santé et l’utilisation de sujets humains dans la recherche. Le site Web du Centre canadien pour l’éthique dans le sport contient de nombreux autres exemples.

Le programme d’éducation physique et santé présente aussi des occasions d’acquérir et d’appliquer les habiletés de l’éducation à la citoyenneté. L’enseignante ou l’enseignant peut consulter le cadre d’orientation en éducation à la citoyenneté pour faire les rapprochements pertinents.

L’élève engagé dans le processus d’enquête peut avoir à porter un jugement éthique pour évaluer des éléments de preuve, prendre position sur diverses questions et tirer ses propres conclusions sur des événements, des questions ou des enjeux. L’enseignante ou l’enseignant peut être amené à aider l’élève à déterminer quels facteurs sont à considérer lorsqu’elle ou il porte de tels jugements. De plus, il est important que l’enseignante ou l’enseignant apporte son appui à l’élève et supervise le déroulement du processus d’enquête pour s’assurer que l’élève est conscient des préoccupations éthiques que peut comporter sa recherche et les aborde de façon raisonnable. Si l’élève fait des sondages ou des entrevues, le personnel enseignant doit surveiller les activités afin de s’assurer que la dignité, la vie privée et la confidentialité des personnes participantes sont respectées. L’enseignante ou l’enseignant supervise aussi le choix des sujets de recherche pour s’assurer que l’élève n’est pas accidentellement exposé à des informations ou à des perspectives pour lesquelles elle ou il n’a pas la maturité émotionnelle ou intellectuelle voulue (p. ex., une entrevue qui mène à une révélation de violence).  

Des renseignements supplémentaires concernant les considérations éthiques sont aussi offerts à la rubrique Considérations concernant la planification du programme sous l’onglet Planification.