Langue des signes québécoise langue seconde (2021)

null

Le programme-cadre de langue des signes québécoise langue seconde du curriculum de l’Ontario est destiné aux écoles secondaires de langue française. À compter de septembre 2021, le cours de langue des signes québécoise langue seconde offert dans les écoles secondaires sera fondé sur les attentes et les contenus d’apprentissage énoncés dans ce programme-cadre.

Rôles et responsabilités

La maîtrise des concepts et des habiletés propres au programme-cadre de langue des signes québécoise langue seconde requiert de la part de l’élève de la pratique, des possibilités de répondre à des rétroactions, de la réflexion et de l’engagement. Elle requiert par ailleurs des possibilités d’explorer de nouvelles idées, une certaine volonté d’essayer de nouvelles activités, de garder un esprit ouvert, de travailler avec ses camarades de classe et de s’adonner en tout temps à des pratiques sécuritaires en salle de classe et durant les visites éducatives. En se livrant à une réflexion soutenue sur son développement, l’élève approfondit son appréciation et sa compréhension d’elle-même ou de lui-même et d’autrui, de sa santé et de son bien-être.

L’élève bénéficie pleinement de ce programme :

  • en s’engageant de façon sincère dans l’apprentissage et le développement de ses habiletés sociales en classe;
  • en prenant progressivement la responsabilité de ses progrès et de son apprentissage;
  • en cherchant des occasions de comprendre et de s’exprimer en langue des signes québécoise à l’extérieur de la salle de classe.

Le rendement de l’élève est généralement meilleur lorsque ses parents s’intéressent à ses études. En se familiarisant avec le programme-cadre de langue des signes québécoise (LSQ) langue seconde, les parents sauront quelles connaissances et habiletés leur enfant doit acquérir dans le cours. Elles et ils pourront mieux suivre ses progrès scolaires et en discuter en connaissance de cause, et collaborer plus étroitement avec l’enseignante ou l’enseignant afin d’améliorer le rendement scolaire de leur enfant, tout en respectant la responsabilité d’apprentissage autonome de leur enfant.

De plus, les parents peuvent appuyer leur enfant dans l’apprentissage de la LSQ :

  • en se montrant enthousiastes et favorables à l’apprentissage d’une langue des signes;
  • en manifestant de l’intérêt pour les langues des signes, à la maison et dans la communauté;
  • en établissant avec l’enseignante ou l’enseignant de leur enfant une relation positive;
  • en s’impliquant dans la communauté;
  • en prenant contact avec des personnes ou des groupes qui utilisent la LSQ pour en apprendre davantage sur la langue et sur les ressources didactiques ou culturelles, telles que l’appui d’Aînées ou Aînés autochtones.

Le personnel enseignant et les élèves ont des rôles complémentaires.

L’enseignante ou l’enseignant du cours de langue des signes québécoise langue seconde offre de nombreuses occasions à l’élève de développer et d’approfondir ses habiletés en intégrant de nouveaux acquis et lui donne, au moyen d’évaluations régulières et variées, une rétroaction détaillée pour lui permettre de développer davantage ses habiletés.

L’enseignante ou l’enseignant peut aussi aider l’élève à comprendre que pour apprendre une langue des signes et parvenir à communiquer et à interagir dans cette langue, il lui faut y consacrer du temps et de l’énergie, et faire preuve de beaucoup de persévérance. Pour amener l’élève à résoudre efficacement des problèmes, l’enseignante ou l’enseignant peut l’encourager à envisager d’autres solutions et à prendre des risques. En proposant à l’élève des tâches impliquant l’application d’habiletés supérieures de la pensée, l’enseignante ou l’enseignant aide l’élève à être plus réfléchi et plus efficace dans ses communications.

Ainsi, l’élève sera encouragé à réfléchir à ses choix linguistiques avant de s’exprimer en LSQ et à développer ses habiletés en LSQ pour bien s’exprimer ainsi que les techniques nécessaires pour évaluer ses apprentissages.

L’enseignante ou l’enseignant joue un rôle important en tant que signeure et signeur modèle, passeure et passeur du savoir et médiatrice et médiateur culturel. Pour l’élève, il s’agit souvent d’un premier contact avec la LSQ. Le personnel enseignant devrait s’efforcer d’en faire la langue de communication dans la classe, de sorte que les élèves y soient régulièrement exposés, et ce, dans une variété de situations. On devrait limiter l’utilisation de la voix dans la classe, ce qui peut distraire ou interférer avec le processus d’apprentissage des autres élèves. À cet effet, on peut proposer aux élèves des activités signifiantes qui les placent dans des situations de vie authentiques et les incitent à s’exprimer et à interagir en LSQ. En créant un environnement d’immersion en LSQ dans la classe, l’enseignante ou l’enseignant aide l’élève à développer de meilleures compétences réceptives et expressives. Le personnel enseignant doit aussi exposer les élèves à la variété linguistique que présente la langue des signes québécoise en recourant à un éventail de ressources et à des signeures et signeurs de tout horizon et de tout âge. Ainsi, les élèves seront en mesure d’apprécier la diversité des usages de la langue au sein de la communauté Sourde.

L’enseignante ou l’enseignant pourra aussi mettre les élèves au courant des avantages d’apprendre la langue des signes québécoise en plus des deux langues officielles. Par exemple, elle ou il peut souligner l’intérêt de connaître une langue des signes compte tenu des possibilités d’études et des possibilités de carrières auxquelles peut donner accès la connaissance de cette langue au Canada.

Pour favoriser l’excellence de l’enseignement de la langue des signes québécoise langue seconde, la directrice ou le directeur promeut la mise en place de communautés d’apprentissage professionnelles et facilite la participation du personnel enseignant à des activités de perfectionnement professionnel.

La direction d’école peut encourager les élèves à apprendre la langue des signes québécoise en faisant la promotion de la valeur d’un tel apprentissage. La direction d’école peut aussi veiller à ce que l’information concernant les activités dans le cadre du cours de langue des signes québécoise (LSQ) soit donnée dans le bulletin d’information, le babillard ou l’album de fin d’année de l’école ainsi que sur le site Web de l’école.

Les partenaires communautaires constituent une ressource importante pour le cours de langue des signes québécoise offert à l’école. À cet égard, les conseils scolaires et les écoles peuvent jouer un rôle dans la coordination du déploiement des efforts avec les partenaires communautaires. Par exemple, ils peuvent organiser la visite de galeries d’art et de musées et, lorsque des occasions se présentent, des sorties au théâtre ou pour voir un spectacle. En plus de se dérouler dans des environnements stimulants, ces sorties permettent d’explorer à la fois l’histoire et la culture Sourdes. Les conseils scolaires et les écoles peuvent aussi inviter à l’école des membres de la communauté qui communiquent en langue des signes québécoise ou des artistes Sourdes ou Sourds qui connaissent bien la production artistique de la communauté Sourde. Un nombre croissant de partenariats – dont le programme Artistes en milieu éducatif du Conseil des arts de l’Ontario – peuvent apporter une aide précieuse aux enseignantes et enseignants soucieux d’intégrer au maximum l’art et la culture dans la programmation de leur enseignement de la LSQ. Dans les localités où il y a peu d’artistes ou de conférencières et de conférenciers, la technologie peut être mise à contribution pour offrir aux élèves des occasions de voir des spectacles, de consulter des sites Web et de se familiariser avec d’autres réalisations faisant partie de la culture matérielle Sourde, et pour entrer en contact avec des artistes Sourdes ou Sourds. Par exemple, on peut inviter de façon virtuelle une artiste autochtone Sourde avec qui échanger sur sa pratique artistique.

Des partenariats avec d’autres écoles ou conseils scolaires de langue française, par exemple les écoles pour élèves sourdes et sourds, ou malentendantes et malentendants, peuvent être une façon efficace de trouver des applications concrètes à l’apprentissage dans le contexte d’un environnement scolaire sain, sécuritaire et accueillant pour tous.

Les personnes bénévoles et les conférencières et conférenciers invités à l’école peuvent appuyer l’enseignement de la langue des signes québécoise et promouvoir son usage à l’école et à l’extérieur de l’école. Les associations provinciales et nationales qui se consacrent à la promotion de la LSQ peuvent aussi disposer de ressources utiles et d’information sur les possibilités de stages, d’échanges et de programmes communautaires.