Aide
Français

Ce programme-cadre est destiné aux écoles de langue française. Il remplace Le curriculum de l’Ontario, 9e et 10e année – Études autochtones (1999) et Le curriculum de l’Ontario, 11e et 12e année – Études autochtones (2000). Tous les cours en études des Premières Nations, des Métis et des Inuits de la 9e à la 12e année se fondent maintenant sur les attentes et les contenus d’apprentissage énoncés dans cette édition révisée du programme-cadre.

secondaire

Études des Premières Nations, des Métis et des Inuits (2019)

null
null

Raison d’être du programme-cadre au sein du curriculum

L’histoire du Canada a commencé avec ses premiers habitants : les Premières Nations. C’est pourquoi l’évolution et l’avenir du pays sont liés de façon inextricable à ces peuples. Ainsi, grâce à leurs perspectives et à leurs connaissances sur le territoire et l’humanité, les Autochtones sont très bien placés pour façonner les manières dont le Canada relève les défis mondiaux au XXIe siècle. L’exploration de la culture des Autochtones, de leurs formes de savoir et de leurs contributions à la société est donc essentielle pour que les élèves deviennent des citoyennes et des citoyens du monde capables de répondre aux défis du futur.

Les Premières Nations, les Métis et les Inuits possèdent au Canada un statut de peuples distincts, jouissant de droits et de libertés particuliers issus de processus de négociation de traités avant la Confédération et qui continuent d’évoluer aujourd’hui au moyen de négociations avec le gouvernement canadien.

Le programme-cadre d’études des Premières Nations, des Métis et des Inuits propose une vaste gamme de cours mettant à la disposition de tous les élèves des écoles ontariennes une multitude de connaissances et de compétences nécessaires pour travailler dans des domaines comme le droit, les sciences de l’environnement et d’autres sciences, la santé, l’économie, la politique, les services sociaux et l’éducation. Grâce aux compétences et connaissances acquises dans le programme, l’élève disposera des atouts qui lui serviront sur le marché du travail, dans la poursuite de ses études ou pour œuvrer dans les services communautaires après l’obtention de son diplôme.

Le programme-cadre d’études des Premières Nations, des Métis et des Inuits permet à l’élève d’acquérir des connaissances plus approfondies sur des concepts d’intérêt public, tout comme sur des enjeux plus précis touchant les populations autochtones. Ces concepts, comme la citoyenneté, la gouvernance, la prospérité économique et le bien-être collectif, peuvent s’appliquer à l’échelle locale, régionale, nationale ou mondiale.

En outre, l’élève est appelé à approfondir ses connaissances des systèmes de croyances des Autochtones, en développant et en affinant de la sorte sa pensée et ses opinions sur des thèmes clés tels que l’intendance, la paix, la justice, le pouvoir et l’autorité, la démocratie, les droits et responsabilités, l’identité et la culture, la réconciliation ainsi que notre relation avec l’environnement naturel.

La diversité culturelle, linguistique, raciale et religieuse est une caractéristique fort précieuse de la société canadienne, et les écoles peuvent contribuer à préparer tous les élèves à vivre en harmonie, comme des citoyennes et des citoyens responsables et compatissants, dans la société multiculturelle du XXIe siècle.

Les cours du programme-cadre d’études des Premières Nations, des Métis et des Inuits visent à engager l’élève dans une exploration interdisciplinaire des histoires, des cultures, des langues, des traditions et des perspectives des Premières Nations, des Métis et des Inuits au Canada, ainsi que de la relation du Canada avec les Autochtones de ce territoire, au fil du temps. C’est au moyen du processus de recherche et d’enquête et d’autres approches fondamentales que l’élève explore les réalités actuelles, les contributions et les aspirations des Autochtones au Canada, tout en apprenant à mettre en question les stéréotypes et les idées erronées les concernant.

Le programme-cadre d’études des Premières Nations, des Métis et des Inuits est de nature intégrative. Par exemple, lorsque l’élève se penche sur la relation entre la conception et la fonction d’une ceinture wampum ou sur l’objectif d’un traité écrit, son exploration des domaines artistique et de l’histoire lui permet de réfléchir davantage à la question de la souveraineté et de l’autonomie gouvernementale des Autochtones. Lorsque l’élève étudie les traditions orales et les récits présentés dans le travail d’artistes métis, tout en faisant des recherches sur les droits de récolte des Métis, l’élève met à profit ses connaissances de l’art, de la langue française et du droit pour comprendre l’influence de la géographie sur la culture. Également, lorsque l’élève analyse les répercussions de lois sur la culture des Premières Nations, des Métis et des Inuits, tout en réalisant une recherche sur les efforts déployés par une survivante ou un survivant des pensionnats indiens pour retrouver son identité culturelle, elle ou il combine ses connaissances de la gouvernance, des lois, du civisme et de la langue française.

Si les diverses nations autochtones se distinguent par leurs pratiques de gouvernance, traditions, protocoles, cérémonies, danses, chansons, rites de passage, histoires de création, langues et autres expériences, les visions du monde des Premières Nations, des Métis et des Inuits comportent certains éléments communs, ou « concepts fondamentaux ». Ces derniers permettent d’acquérir une meilleure compréhension de l’identité, des relations et de l’autodétermination, trois aires conceptuelles primordiales pour l’étude des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Au fur et à mesure que l’élève progresse dans les grands thèmes d’un cours, les concepts fondamentaux l’aident à faire des liens avec et entre certains éléments clés. Chacun des concepts fondamentaux est associé à un ou plusieurs éléments clés, présentés dans le tableau ci-dessous.

Les communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits partagent également une longue histoire avec les colons français et anglais, et, plus tard, avec le gouvernement du Canada. Cette histoire commune unit ces groupes culturels d’une façon particulière, différente des liens qui existent entre les autres groupes du Canada. La Loi constitutionnelle de 1982 reconnaît de façon formelle le titre ancestral et les droits issus des traités qui représentent des concepts fondamentaux pour le programme-cadre d’études des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Ces concepts définissent le cadre d’un thème qui revient tout au long du programme-cadre d’études des Premières Nations, des Métis et des Inuits : celui de l’importance fondamentale pour le Canada de la vérité, de la réconciliation et des relations de nation à nation renouvelées.

Concepts fondamentaux et éléments clés

Concept fondamentalÉlément cléEn pratique
CommunautéRelations de parentéLa communauté est basée sur des liens étroits avec les êtres humains et la Création en son entier (les animaux, les plantes, le ciel, la terre, les êtres spirituels, etc.). Le concept de famille comprend les membres de la famille élargie, soit par des liens de mariage, d’adoption, de clans, de nation ainsi que par des liens spirituels, tels que ceux établis par les pratiques de nomination. 
Savoirs ancestrauxRelations au monde spirituel dans le passé, le présent et le futurL’esprit est une force vitale de laquelle tout est issu, y compris les êtres humains; il relie entre eux tous les éléments du passé, du présent et du futur. Et puisque le passé, le présent et le futur sont liés, les savoirs ancestraux – soit les enseignements traditionnels des ancêtres, sont toujours à la portée de chaque génération. Ce ne sont pas uniquement les êtres humains, mais bien tous les êtres vivants qui sont animés par l’esprit.
Connaissances traditionnellesFormation de l’identité au moyen de pratiques et de protocolesLes connaissances traditionnelles autochtones sont transmises d’une personne à une autre en suivant des protocoles rigoureux, qui varient selon le contexte et le type de connaissances partagées.
TerritoireRelations avec l’environnement naturelLe Créateur dicte les lois qui gouvernent nos relations avec la nature, afin de vivre en harmonie avec celle-ci.
InterrelationsRelations avec tous les éléments de la Création grâce à un équilibre de vieTous les éléments de la Création sont interreliés. Pour vivre une vie prospère, il faut établir un équilibre avec tout ce qui existe, dont les personnes, la Terre, le ciel, les animaux, les plantes et l’eau.
Diversité culturelleFormation de l’identité au moyen de la distinction culturelleSur le plan culturel, les Autochtones ont des manières de vivre, des croyances, des valeurs, des langues et des traditions diverses et distinctes.
Titre ancestral et droits issus des traitésAutodétermination et réconciliation au moyen du respect des droits et des libertésLes Autochtones possèdent des titres ancestraux et jouissent de droits issus de traités, qui sont protégés en vertu de l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. Même si ces nations se caractérisent par leur diversité, elles partagent une expérience historique commune dans leurs relations avec la Couronne au fil du temps.

Il importe que les enseignantes et enseignants créent un environnement d’apprentissage respectueux où règne, chez l’élève, un sentiment de bien-être non seulement physique, social, affectif, mais aussi en termes d’héritage culturel. Un milieu d’apprentissage sécuritaire sur le plan culturel est un endroit où les élèves se sentent à l’aise d’exprimer leurs idées, leurs opinions et leurs besoins et où ils se peuvent répondre en toute franchise aux questions de nature culturelle. Les enseignantes et enseignants devraient être conscients que certains élèves pourraient réagir de façon émotionnelle à divers sujets ayant touché leur propre vie, leur famille ou leur communauté – par exemple, au sujet du système des pensionnats indiens. Avant d’aborder de tels sujets en salle de classe, les enseignantes et enseignants doivent réfléchir à la façon de préparer les élèves et de leur présenter cette matière. Ils doivent également veiller à appuyer les élèves en leur fournissant les ressources dont ils auront besoin à l’intérieur et à l’extérieur de la salle de classe.