Aide
Français

Ce programme-cadre est destiné aux écoles de langue française. Il remplace Le curriculum de l’Ontario, 9e et 10e année – Études autochtones (1999) et Le curriculum de l’Ontario, 11e et 12e année – Études autochtones (2000). Tous les cours en études des Premières Nations, des Métis et des Inuits de la 9e à la 12e année se fondent maintenant sur les attentes et les contenus d’apprentissage énoncés dans cette édition révisée du programme-cadre.

secondaire

Études des Premières Nations, des Métis et des Inuits (2019)

null
null

Glossaire

Remarque. – Les définitions utilisées dans ce glossaire sont adaptées au contexte du présent programme-cadre.

A

Acte pour encourager la civilisation graduelle de 1857

L’Acte pour encourager la civilisation graduelle des tribus sauvages en cette Province et pour amender les lois relatives aux Sauvages (communément appelé l’Acte pour encourager la civilisation graduelle) avait pour but de faciliter l’assimilation des Premières Nations dans la province du Canada, avant l’établissement de la Confédération. L’acte a été conçu afin de permettre au gouvernement de révoquer les droits et le statut des membres des Premières Nations, à travers le processus d’émancipation.

Action sociale

Effort individuel ou collectif visant à résoudre des problèmes sociétaux à travers des réformes sociales.

Affaire Calder (Calder et al. c. Procureur général de la Colombie-Britannique [1973])

Revendication territoriale dans laquelle Frank Calder et la Nation Nisga’a ont poursuivi en justice le gouvernement provincial de la Colombie-Britannique, en soutenant que leurs droits fonciers n’ont jamais été légalement éteints à la suite des traités. Bien que rejetée aussi bien par les tribunaux provinciaux que par la Cour suprême de la Colombie-Britannique, l’affaire a permis la reconnaissance du titre foncier des Autochtones par rapport aux territoires non cédés et sa place dans le droit canadien. L’affaire Calder a permis d’initier la politique du gouvernement fédéral sur les revendications territoriales globales, qui a conduit à l’Entente définitive des Nisga’as en 2000.

Agents, agentes des Indiens

Représentants du gouvernement fédéral chargés de la mise en application de la Loi sur les Indiens, y compris des réglementations relatives à la terre, à la santé, à l’éducation, aux pratiques culturelles et aux structures politiques, dans une région précise ou un district donné.

Aîné, aînée

Personne autochtone dont la sagesse concernant la spiritualité, la culture et la vie est reconnue par la collectivité. Les Aînées et les Aînés ne sont pas tous âgés. Les collectivités autochtones et leurs membres demandent habituellement des conseils et de l’aide aux Aînées et Aînés dans divers domaines aussi bien traditionnels que contemporains.

Amauti

Tunique traditionnelle portée par les femmes inuites qui permet de transporter un enfant tout en le protégeant du froid.

Ancêtres des Métis

Des familles anciennes dont l’origine peut être retracée, à travers leurs noms, à une communauté métisse historique.

Anishinaabek

Ensemble de peuples autochtones parlant des langues algonquiennes similaires qui inclut les Algonquins, les Outaouais, les Saulteaux, les Ojibwés, les Oji-Cris, les Mississaugas et les Potéouatamis.

B

Bande

Selon la Loi des Indiens, une bande désigne « un groupe d’Indiens […] à l’usage et au profit communs desquels des terres […] ont été mises de côté ». Chaque bande a son propre conseil de bande, comprenant habituellement un chef et plusieurs conseillères et conseillers. Les membres de la bande partagent d’habitude des valeurs, des traditions et des pratiques enracinées dans leur langue et leur héritage. De nos jours, beaucoup de bandes préfèrent être appelées « Premières Nations ». Voir Premières Nations; Conseil de bande.

Bâton de parole

De nombreuses cultures des Premières Nations, des Métis et des Inuits utilisent un bâton qui symbolise le droit d’une personne de parler afin de promouvoir une écoute active et respectueuse dans les conseils, les cérémonies et dans les structures de gouvernance et de justice autochtones, comme au sein des cercles de guérison ou de parole.

Bispirituel, bispirituelle

Personne autochtone dont l’identité de genre, l’identité spirituelle ou l’orientation sexuelle comprend un esprit masculin et un esprit féminin.

C

Ceinture fléchée

Symbole métis utilisé autrefois à des fins utilitaires, comme élément décoratif et aux fins d’affiliation communautaire, la ceinture fléchée est maintenant portée comme un symbole de la fierté de l’identité et de la nationalité métisses.

Ceinture wampum

Enfilade de coquillages utilisée par certains peuples autochtones du Canada à des fins cérémonielles, diplomatiques et commerciales.

Cercle de feu

Région au nord de Thunder Bay en Ontario qui contient d’importants gisements de chromite et d’autres minéraux précieux. Il y a une certaine controverse quant à la meilleure façon de développer l’exploitation des gisements, projet qui soulève des questions liées aux droits des Premières Nations, au développement économique et à l’environnement.

Certificat des Métis

Certificat remis à une famille métisse par le gouvernement qui donnait droit à 160 ou à 240 acres de terre ou encore à de l’argent. Le but de cette politique était d’encourager les Métis à quitter leurs territoires traditionnels et à s’établir ailleurs.

Chaîne d’alliance

Ceinture wampum représentant une série d’alliances entre les Haudenosaunee et les Européens, fondées sur les modèles de gouvernance autochtones. Le symbole de la chaîne renvoie au lien entre les deux parties de l’alliance et à leur promesse de polir la chaîne si elle se ternit, afin de renouer la relation.

Chamans, chamanes

Personnes jouant un rôle spirituel traditionnel dans certaines sociétés autochtones. Responsables de cérémonies, ces personnes font également le lien avec le monde des esprits, guérissent des malades et repèrent le gibier. Les chamanes et les chamans inuits sont appelés « angakok ».

Charte canadienne des droits et libertés

Première partie de la Loi constitutionnelle de 1982, la Charte vise à protéger les libertés fondamentales et les droits des citoyennes et citoyens canadiens, dont le droit à un gouvernement démocratique, le droit de s’établir et de gagner sa vie partout au Canada, les droits que détiennent les personnes inculpées d’infractions, le droit à l’égalité, y compris l’égalité des femmes et des hommes. L’article 25 de la Charte stipule que « la Charte ne porte pas atteinte aux droits et libertés existants des peuples autochtones », tel que reconnu à l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982. Voir Loi constitutionnelle de 1982.

Citoyen, citoyenne

Statut d’une personne qui relève de la protection et de l’autorité d’un État qui lui confère des droits civiques et politiques ainsi que des libertés, et envers qui elle a des obligations et des responsabilités. Cette définition varie selon l’état et l’époque.

D

Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones

Adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2007, la déclaration identifie un cadre universel de normes pour le traitement des peuples autochtones du monde basé sur les droits fondamentaux de la personne et sur les libertés fondamentales, y compris, mais sans s’y limiter, celles liées à la culture, à la langue, à la santé et à l’éducation.

Décolonisation

Processus continu de reconnaissance et de déconstruction active des cadres et des pouvoirs coloniaux. Les peuples autochtones peuvent participer à la décolonisation en favorisant de modes de vivre et de savoirs traditionnels. Voir Colonisation.

Déplacement forcé

Délocalisation obligatoire et réinstallation d’une communauté d’une région à une autre, généralement mises en œuvre par le biais de politiques ciblant un groupe particulier.

Détenteur, détentrice de savoir

Personne reconnue par sa communauté autochtone comme ayant des connaissances culturelles et spirituelles portant sur des traditions, des enseignements et des pratiques. Dans les communautés des Premières Nations, la détentrice ou le détenteur de savoir est habituellement une Aînée ou un Aîné. Le savoir détenu est unique à la culture ou à la société en question. Il est transmis de génération en génération et est acquis au cours des expériences vécues. La détentrice ou le détenteur de savoir aide souvent à guider sa communauté ou sa nation. (Les termes « détentrice ou détenteur de savoir » et « gardienne ou gardien du savoir » sont interchangeables dans certaines communautés.) Voir aussi Gardien ou gardienne du savoir.

Doctrine de la découverte

Notion propagée dans une bulle papale de 1493 qui affirmait que les terres habitées par des non-chrétiens pouvaient être acquises par les Européens. La doctrine de la découverte est devenue la fondation théorique du droit des Européens de revendiquer des territoires, notamment ceux nouvellement découverts en Amérique.

Droits de chasse et de pêche autochtones

Le droit des Premières Nations, des Métis et des Inuits à la chasse, à la pêche, au piégeage et à la cueillette sur leurs territoires traditionnels.

Droits issus de traités

Droits spécifiés dans un traité. Les droits de chasse et de pêche sur les territoires traditionnels ainsi que l’utilisation et l’occupation des réserves sont des droits autochtones typiques issus de traités. Ce concept peut avoir différentes significations selon le contexte et la perspective de l’utilisatrice ou de l'utilisateur.

E

Ethnogenèse

Processus par lequel un groupe ethnique devient un peuple distinct.

F

Formes du savoir autochtones

Des connaissances locales ou communautaires qui reconnaissent l’interconnexion de tous les êtres vivants et qui sont obtenues grâce à l’expérience vécue, aux relations, aux enseignements et aux liens ancestraux des Autochtones avec la terre.

Foyers de revitalisation langagière

Programme d’apprentissage de langue basé sur l’immersion qui vise à créer des locuteurs fluents afin de revitaliser une langue.

G

Gardien, gardienne du savoir

Enseignante ou enseignant, au sens traditionnel du terme, reconnu ou non comme une Aînée ou un Aîné, qui détient le savoir de la communauté et qui peut être sollicité pour transmettre ces enseignements. Les enseignements peuvent concerner la langue, la culture, les arts, la danse et le chant. La gardienne ou le gardien du savoir est souvent aidé par la détentrice ou le détenteur de savoir. (Les termes « gardienne ou gardien du savoir » et « détentrice ou détenteur de savoir » sont interchangeables dans certaines communautés.) Voir aussi Détenteur, détentrice de savoir.

Gouvernements coloniaux

Après la colonisation, le développement d’un nouveau système de gouvernance qui ne prend pas en considération les droits des peuples autochtones sur leurs territoires, en mettant l’accent sur l’exclusion ou l’assimilation.

Grand Esprit

Aussi appelé le Créateur, cet esprit ou dieu décrit dans divers récits des Premières Nations est fondamentalement relié au monde naturel, humain et spirituel.

Grande loi de la Paix des Haudenosaunee

Ancien code juridique des Haudenosaunee qui a fonctionné comme une constitution pour la Confédération haudenosaunee. Ce code a tracé la voie de l’harmonie et de l’unité entre les nations.

H

Haudenosaunee

Ethnonyme qui signifie « le peuple de la maison longue ». Les Haudenosaunee comprennent plusieurs nations iroquoiennes : les Kanien’kehá:ka, les Onneiouts, les Onondagas, les Cayugas, les Sénécas et les Tuscaroras. Ces nations sont réunies dans la Confédération des haudenosaunee sous la Grande Loi de la Paix. Voir Confédération haudenosaunee; Grande loi de la paix haudenosaunee.

I

Identité culturelle

Pour les peuples autochtones, l’identité culturelle est basée sur le lien avec l’environnement naturel, le territoire, la famille, le clan, la bande ou la nation et qui est souvent exprimée en utilisant la langue et le nom traditionnels de la communauté.

Identité spirituelle

Forme de l’identité individuelle définie par des comportements et des valeurs enracinés dans une croyance spirituelle.

Idle No More

Groupe de base créé en 2012 pour protester et travailler à changer les réalités actuelles de la vie des Premières Nations, des Métis et des Inuits au Canada.

Ile Marble

Ile blanche composée de rochers qui est proche de Rankin Inlet. Dans les récits inuits, l’île a été créée avec de la glace par une dame âgée qui voulait y habiter.

Incident de la baie Mica

Confrontation de 1849 dans laquelle les communautés des Premières Nations et des Métis proches du lac Supérieur ont affronté dans un combat armé les compagnies qui voulaient poursuivre des exploitations minières dans leurs territoires traditionnels non cédés de la baie Mica. L’affrontement a conduit à la négociation de traités au long des lacs Huron et Supérieur entre le gouverneur général et les Premières Nations, sans la participation des Métis.

Indien non inscrit

Terme couramment utilisé pour désigner les personnes qui s’identifient comme étant des « Indiens » et qui peuvent être membres d’une Première Nation, mais qui n’ont pas le droit d’être inscrites au Registre des Indiens en vertu de la Loi sur les Indiens. Celle-ci et ses modifications définissent qui est et qui n’est pas « Indien » selon la loi canadienne. Voir Loi sur les Indiens.

Indiens, Indiennes

Aux termes de la Loi sur les Indiens, ce terme désigne toute « personne qui [...] est inscrite à titre d’Indien ou a droit de l’être ». Le terme « Indien » est inclus dans plusieurs expressions, dont « Indien inscrit » ou « Indien non inscrit ». Voir Premières Nations; Loi sur les Indiens.

Inuit Nunaat

Terme qui désigne les régions inuites au Canada : le Nunatsiavut au nord du Labrador, le Nunavik au nord du Québec, le territoire fédéral du Nunavut et l’Inuvialuit dans les Territoires du Nord-Ouest.

J

Jugement Daniels c. Canada

Décision de 2016 de la Cour suprême du Canada qui affirme que le terme « Indiens » de la Loi constitutionnelle de 1867 s’applique également aux « Indiens non inscrits » et aux Métis. De ce fait, il est nécessaire qu’ils soient consultés collectivement dans les cas concernant les droits et les intérêts des Autochtones.

Justice réparatrice

Approche autochtone de la justice qui cherche à prévenir de futurs actes criminels en offrant au délinquant la chance de se réhabiliter et de se réconcilier avec la communauté.

Justice sociale

Concept basé sur la croyance dans l’égalité des chances pour chaque individu ou groupe et dans le libre exercice des responsabilités et des droits sociaux, éducationnels, économiques, institutionnels et moraux.

K

Kiviuq

Personnage des récits de création inuits décrit comme un vagabond ou un chaman.

Kullik

Lampe à huile de phoque utilisée anciennement par les Inuits comme source de lumière et de chaleur pendant les mois d’hiver. Aujourd’hui, le kullik est utilisé lors de cérémonies culturelles.

L

Libertés fondamentales

Libertés garanties par la Charte canadienne des droits et libertés, qui comprennent la liberté de conscience et de religion, la liberté de pensée, de croyance, d’opinion et d’expression, y compris la liberté de la presse et d’autres moyens de communication, la liberté de réunion pacifique et la liberté d’association.

Livre blanc de 1969

Document politique du gouvernement du Canada connu également sous le nom officiel « La politique indienne du gouvernement du Canada » qui a tenté de mettre fin aux rapports entre les Autochtones et l’état canadien, en abolissant la Loi sur les Indiens. Ce projet politique controversé aurait établi l’égalité juridique pour les Premières Nations, les Métis et les Inuits, en éliminant ainsi la catégorie juridique des « Indiens inscrits ». Ce projet a été abandonné à cause de l’opposition de nombreux membres des Premières Nations qui considéraient cette politique comme une tentative d’éliminer les droits issus de traités et la responsabilité de la Couronne.

Livre rouge de 1970

Document connu aussi sous le nom « Citizen Plus » qui a été publié par des Chefs indiens de l’Alberta en réponse au Livre blanc de 1969 du gouvernement fédéral. Voir Livre blanc.

Loi C-3 : Loi sur l’équité entre les sexes relativement à l’inscription au registre des Indiens.

Loi qui permet aux grands-enfants éligibles des femmes des Premières Nations ayant perdu leur statut d’« Indiennes » en épousant un « non-Indien » de s’inscrire au Registre des Indiens, conformément à la Loi sur les Indiens.

Loi constitutionnelle de 1982

Partie de la Loi de 1982 sur le Canada qui a réalisé le rapatriement de la Constitution du Canada. L’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982 « reconnaît et confirme » les « droits existants – ancestraux ou issus de traités – des peuples autochtones du Canada », bien que le sens global de cette section continue à évoluer. Cette loi comprend également la Charte canadienne des droits et libertés. Voir Charte canadienne des droits et libertés.

Loi sur le Manitoba de 1870

Loi fédérale qui a fait du Manitoba la cinquième province du Canada. La loi a été créée suite à des négociations avec le gouvernement provisoire métis et prévoyait des protections pour les terres des Métis.

Loi sur les Indiens

Texte législatif fédéral en vigueur encore aujourd’hui qui précise les réglementations concernant les « Indiens inscrits », leurs bandes et le système de réserves. La première version de la Loi sur les Indiens a été adoptée en 1876 et elle a fait, depuis, l’objet de nombr