Aide
Français

Entrée en matière

Le cours Français : Découvrir les voix contemporaines des Premières Nations, des Métis et des Inuits a été conçu afin de servir comme remplacement possible aux cours obligatoires faisant partie du programme-cadre de français de 11e et 12e année. Le programme-cadre de français a parmi ses objectifs de permettre à l’élève :

  • de comprendre le contenu des textes écoutés ou lus;
  • de développer les habiletés reliées à la littératie, incluant les habiletés de la pensée critique et créative, de réflexion, de recherche ainsi que les habiletés relatives à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC);
  • de communiquer oralement et par écrit pour décrire, expliquer, informer et raconter son quotidien;
  • d’appliquer les connaissances et les attitudes acquises dans les cours de français à une large gamme de tâches d’apprentissage et d’acquérir une vision critique du monde;
  • de construire son identité personnelle.

Le programme-cadre de français reconnaît aussi le rôle de la littérature en tant que véhicule et manifestation de la culture et de l’identité. C’est à partir de ce contexte que le cours Français : Découvrir les voix contemporaines des Premières Nations, des Métis et des Inuits permet à l’élève d’approfondir ses connaissances des thèmes et des éléments stylistiques des formes d’expression culturelles, en étudiant divers textes d’auteures et d’auteurs des Premières Nations, métis et inuits du Canada ou qui portent sur leurs cultures. Les connaissances et les habiletés décrites dans les attentes et les contenus d’apprentissage aideront l’élève à comprendre ces diverses formes d’expression culturelles. Celles-ci renvoient aux formes et moyens de communication – comprenant, par exemple, les éléments de la culture matérielle, les récits, la musique, la danse, les pratiques culturelles qui se sont développés sur la base des croyances et des valeurs sous-jacentes d’une culture, qui sont honorés et transmis de génération en génération et qui sont utilisés pour exprimer et communiquer ces croyances et valeurs. Dans ce cours, les textes à l’étude du programme-cadre de français, qu’ils soient littéraires ou courants, figurent parmi les formes d’expression culturelles. L’exploration des formes d’expression culturelles permettra aussi à l’élève d’intérioriser les diverses significations sociales et culturelles associées à leur utilisation dans un contexte contemporain et historique. L’exploration de ces formes d’expression culturelles est donc essentielle dans le cadre du cours Français : Découvrir les voix contemporaines des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Il est également essentiel d’enseigner à l’élève d’interagir de façon responsable avec ces diverses formes d’expression, en suivant les protocoles culturels pertinents afin de veiller au respect des différentes cultures des Premières Nations, des Métis et des Inuits, tout en reconnaissant que ces protocoles peuvent varier d’une nation à l’autre.

La matière à l’étude des cours du programme-cadre de français de 11e et 12e année se répartit en trois domaines : Communication orale, Lecture et Écriture. Toute matière portant sur les technologies de l’information et de la communication est intégrée aux attentes et aux contenus d’apprentissage de ces trois domaines.

Dans le cadre du cours Français : Découvrir les voix contemporaines des Premières Nations, des Métis et des Inuits, ces trois domaines en sont précédés d’un autre, le domaine d’étude A, intitulé Perspectives des Premières Nations, des Métis et des Inuits et formes d’expression culturelles au Canada. Bien que ce dernier soit présenté séparément des domaines de B à D, en pratique, l’élève devra mettre en application les connaissances et les approches présentées dans ce premier domaine tandis qu’elle ou il s’efforce de satisfaire aux attentes dans tous les domaines.

Les connaissances et les compétences décrites dans les trois autres domaines sont interdépendantes et complémentaires. L’enseignante ou l’enseignant planifie des activités d’apprentissage englobant les attentes de ces différents domaines de façon à offrir à l’élève des expériences susceptibles d’encourager un apprentissage constructif et de l’aider à reconnaître que les diverses compétences acquises se renforcent les unes les autres.

A. Perspectives des Premières Nations, des Métis et des Inuits et formes d’expression culturelles au Canada

L’identité, les relations, l’autodétermination, la souveraineté et l’autonomie gouvernementale sont des concepts clés dans les cultures des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Tandis que l’élève explore des formes d’expression culturelles provenant de différentes cultures autochtones (ou portant sur celles-ci), elle ou il apprend à reconnaître et à analyser ces concepts, à formuler des questions et à comparer ses points de vue de façon à stimuler un échange d’idées éclairé. En lisant, en écoutant, en discutant et en écrivant à propos des différentes formes d’expression culturelles qui existent au Canada, l’élève approfondit également sa compréhension de la façon dont les représentations culturelles des Premières Nations, des Métis et des Inuits sont influencées par des perspectives liées à la période historique, au contexte culturel, aux conditions sociopolitiques et aux événements, ainsi qu’à la différence entre les sexes et aux rôles des femmes.

Il est essentiel que l’élève apprenne à reconnaître la responsabilité qu’ont les créateurs de ces formes d’expression culturelles dans l’affirmation des cultures, des visions du monde et de la diversité des Premières Nations, des Métis et des Inuits, en représentant leur vécu de façon exhaustive et avec authenticité.

B. Communication orale

L’élève a besoin de nombreuses occasions d’échanger avec les autres pour comprendre le fonctionnement de la communication orale (p. ex., conversation, discussion, travail d’équipe, jeu de rôle, présentation orale). Pour bien communiquer, l’élève doit aussi apprendre à écouter et s’efforcer de comprendre ce qui est dit. En s’exerçant à verbaliser sa pensée, l’élève acquiert progressivement de l’aisance et parvient à s’exprimer avec clarté et assurance. L’expression orale lui permet d’explorer ses propres idées, de les cerner, de les organiser et de les communiquer aux autres.

Le domaine de la communication orale doit donner à l’élève l’occasion de s’exprimer sur tout ce qui peut l’intéresser ou lui être utile. Le curriculum de l’Ontario permet de proposer de multiples thèmes et sujets d’intérêt (p. ex., situation des Autochtones, protection de l’environnement) conçus pour nourrir la réflexion et le dialogue dans les classes.

Dans ce domaine, comme en lecture et en écriture, l’étude des médias est intégrée. L’élève pourra notamment discuter du contenu de productions médiatiques, concevoir des produits médiatiques et en assurer la diffusion. De même, les technologies de l’information et de la communication (TIC) font partie intégrante du programme d’études de l’élève qui les utilisera à des fins de recherche pour élaborer, réaliser et diffuser ses projets d’apprentissage.

Pendant que l’élève explore les différents types de documents associés aux traditions orales des cultures des Premières Nations, des Métis et des Inuits, elle ou il apprend à choisir et à employer des pratiques d’écoute adéquates au point de vue culturel de manière à améliorer sa compréhension des apprentissages que l’on peut tirer des récits traditionnels, y compris des connaissances historiques. L’élève découvre également ainsi les forces sociales, politiques et économiques qui ont une incidence sur la transmission des récits, et ce, non seulement pour les communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits, mais pour la société canadienne dans son ensemble.

Il est important que l’élève parvienne également à comprendre que certaines connaissances sont sacrées et que celles-ci ne peuvent être transmises que si l’on en a la permission – et parfois uniquement dans certaines situations. Pour cette raison, l’enregistrement ou la reproduction d’un enseignement oral ou d’un récit ne devrait pas se faire sans la permission des Aînées ou des Aînés ou de la communauté.

C. Lecture

La lecture est un processus de construction du sens d’un texte. L’apprentissage mise sur l’acquisition graduelle d’habiletés qui permettront à l’élève de devenir une lectrice ou un lecteur attentif et compétent. Pour bien lire, il faut comprendre les idées exprimées, les assimiler et les utiliser dans des contextes différents. Ce processus d’analyse et d’assimilation forme l’esprit et ouvre de nouveaux horizons. Enrichie par la lecture, la pensée devient claire, précise, créative et critique. À mesure que son vocabulaire augmente, l’élève peut de mieux en mieux exprimer sa pensée, nuancer ses propos et saisir les messages des autres.

L’acquisition des compétences nécessaires pour devenir une lectrice ou un lecteur efficace peut se faire par la mise en application de diverses stratégies de compréhension lors de la lecture de textes des Premières Nations, des Métis et des Inuits, ainsi que de textes pertinents provenant de sources non autochtones.

Par ailleurs, lire renforce les compétences en écriture et en communication orale. Les activités de lecture sont conçues non seulement pour montrer à l’élève la nécessité de savoir lire, mais aussi pour lui en donner le goût. Pour développer le goût de lire, il est essentiel d’offrir un programme équilibré qui appuie l’enseignement dans toutes les matières et qui permet à l’élève de découvrir ce qui l’attire et de se découvrir.

Le cours Français : Découvrir les voix contemporaines des Premières Nations, des Métis et des Inuits met l’accent sur le développement de connaissances et de compétences qui permettront à l’élève de devenir une lectrice ou un lecteur efficace, c’est-à-dire quelqu’un qui parvient non seulement à saisir les idées communiquées par un texte, mais aussi à les mettre en application dans de nouveaux contextes.

La lectrice ou le lecteur compétent lit fréquemment et à différentes fins, notamment pour : obtenir de l’information, satisfaire sa curiosité, se faire plaisir, développer son vocabulaire, faire des recherches. L’objectif de la lecture doit être déterminé soit par l’enseignante ou l’enseignant, soit par l’élève, selon le cas. Le programme de lecture doit englober une grande variété de textes littéraires, informatifs et illustrés susceptibles d’intéresser l’élève et de faire travailler son imagination, y compris des romans, poèmes, nouvelles, livres (sur les sciences, l’histoire, les mathématiques, la géographie), biographies, autobiographies, mémoires, journaux, pièces de théâtre, scénarios (d’émissions radio ou télé, ou de films), articles d’encyclopédie, graphiques, tableaux et diagrammes de livres ou de magazines, instructions et manuels, romans graphiques et bandes dessinées, articles et éditoriaux de journaux et de magazines, bases de données et sites Web, essais et rapports. L’enseignante ou l’enseignant doit régulièrement fournir des documents à l’image de la diversité des peuples autochtones. La régularité de l’exposition à une rédaction de qualité inspirera l’élève à atteindre de nouveaux sommets dans sa propre prose ainsi qu’à apprécier la puissance et la beauté du mot écrit.

D. Écriture

L’apprentissage de l’écriture ne se fait pas spontanément; c’est une entreprise de longue haleine faisant appel à une démarche rigoureuse, dont l’envergure varie selon l’âge de l’élève, le type de texte et la situation d’écriture. L’enseignante ou l’enseignant peut explorer des thèmes d’écriture sans nécessairement franchir toutes les étapes du processus d’écriture. Il lui est ainsi possible de travailler l’étape de la planification et de viser la rédaction d’une ébauche si son intention est d’amener l’élève à saisir l’importance de choisir des outils adéquats pour conceptualiser, classifier et organiser l’information ou ses idées (p. ex., constellations, tableaux, plans, schémas). Les besoins d’apprentissage de l’élève ou l’évolution du groupe en classe peuvent exiger de consacrer toute une période à la révision d’un texte.

L’acte d’écriture et la maîtrise du processus d’écriture doivent se vivre au quotidien avec l’encadrement de l’enseignante ou de l’enseignant. Pour apprendre ces conventions, la meilleure approche est celle d’activités de rédaction constructives et créatives aidant l’élève à développer sa capacité à réfléchir et à écrire clairement et efficacement sur une question touchant aux cultures des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Les technologies de l’information et de la communication devraient être exploitées en classe pour favoriser l’écriture, car leur utilisation est un facteur de motivation pour l’élève. Il est important que le personnel enseignant veille à ce que l’élève apprenne à utiliser ces outils de manière efficace et sécuritaire en expliquant les principales fonctions des logiciels de traitement de texte, de recherche et de création ainsi que des correcteurs orthographiques, grammaticaux et syntaxiques, et en explicitant les caractéristiques des différents services de communication électronique offerts sur Internet (p. ex., courriel, blogue).

Le processus d’écriture, des premières idées à la publication finale, est complexe et suppose l’intervention de diverses aptitudes de réflexion et de composition complémentaires, mais aussi de processus langagiers, y compris la lecture, la parole et l’écoute. Lorsque l’écrivaine ou l’écrivain compose son texte, elle ou il tient compte de son public, prend des décisions au sujet de la forme, du style et de l’organisation, et met en pratique ses connaissances linguistiques. Afin qu’elle ou il puisse parvenir à développer de telles compétences, l’élève a besoin d’un milieu d’apprentissage qui le soutient et lui donne des occasions de pratiquer et de peaufiner ses aptitudes, tant dans le cadre du processus de rédaction que pendant les recherches. L’élève a besoin qu’on lui donne des occasions de mettre en pratique ses compétences et d’écrire tous les jours, sous divers formes et genres, pour différentes fins et publics variés, le tout en respectant divers délais.

L’élève ne manquera pas de profiter des occasions qu’on lui donne de rédiger des textes intéressants et originaux, des textes qui reflètent sa capacité de réfléchir et de critiquer de façon indépendante des questions relatives aux cultures des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Les activités de rédaction qui lui paraissent constructives et qui le mettent au défi de penser de façon créative à des sujets qui l’intéressent lui permettront de mieux maîtriser les compétences essentielles de l’écriture.

Cela dit, la rédaction sur des sujets qui touchent aux cultures des Premières Nations, des Métis et des Inuits doit être approchée de manière respectueuse et responsable. Effectivement, l’élève doit assumer la responsabilité de veiller à ce qu’il n’y ait ni préjugés, ni stéréotypes, ni désinformation, ni appropriation culturelle dans ses travaux.

Nous encourageons le personnel enseignant à consulter la présentation générale du processus de recherche et d’enquête se trouvant dans la partie Recherche et enquête : un processus commun pour des renseignements qui s’appliquent à tous les cours d’études des Premières Nations, des Métis et des Inuits. L’enquête et la recherche composent le cœur même de l’apprentissage dans le cadre du cours Français : Découvrir les voix contemporaines des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Le processus de recherche et d’enquête est intégré dans chacun des domaines d’étude, l’élève devant trouver l’information, la remettre en question et la valider en suivant un processus rigoureux d’interprétation et de réflexion en communication orale, en lecture, en écriture et en études médiatiques. Elle ou il perfectionnera sa capacité de poser des questions profondes et judicieuses, et explorera la variété de réponses possibles à ces questions.

Les formes d’expression culturelles jouent un rôle important dans les cultures des Premières Nations, des Métis et des Inuits, étant utilisées pour exprimer et communiquer leurs croyances et valeurs. Leurs but et fonction les distinguent des créations purement artistiques, bien qu’elles aient aussi souvent des qualités esthétiques. Les formes d’expression culturelles peuvent être des éléments de la culture matérielle, des histoires, de la musique, des chansons, des danses, ou de pratiques culturelles, y compris celles qui sont associées à la nourriture ou à la médecine. Les formes d’expression culturelles et leurs significations peuvent inclure :

  • les vêtements traditionnels exprimant souvent les identités culturelles, spirituelles, sociales ou politiques des communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits;
  • les chansons et la musique, y compris les pratiques des gardiens de tambour et danseurs (dont les rôles sont souvent distribués selon le sexe), utilisées pour transmettre les savoirs autochtones;
  • les prières exprimant souvent la croyance en la puissance guérissante des esprits;
  • les allocutions, les affirmations et les oraisons illustrant l’importance de la tradition orale;
  • les feux qu’on allume et les herbes sacrées qu’on brûle pour purifier ou pour communiquer avec des esprits;
  • les éléments symboliques de la vie matérielle reflétant les liens de parenté, les histoires familiales, la vie spirituelle;
  • les récits oraux et écrits utilisés pour documenter et communiquer des explications sur l’origine de choses ou phénomènes, les histoires des familles et des nations ainsi que les relations avec la Terre, l’esprit et la Création;
  • les langues autochtones elles-mêmes, qui incarnent et reflètent les croyances, les valeurs et les relations importantes entre l’humanité et la Création.

Chaque culture a sa façon unique de créer, de transmettre, d’utiliser et de respecter les formes d’expression culturelles. Selon les traditions autochtones, certaines en sont protégées. Il est donc important que le personnel enseignant reconnaisse la nécessité de faire appel aux communautés spécifiques d’où proviennent ces formes d’expression culturelles pour obtenir la permission de les utiliser en salle de classe.

Certaines formes d’expression culturelles, comme la prière, le chant et la musique, se retrouvent dans plusieurs communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits, tandis que d’autres sont propres à des nations particulières. Le tableau qui suit fournit des exemples de formes d’expression culturelles utilisées par des communautés spécifiques. Il présente la richesse des formes de communication des peuples autochtones au Canada.

NationExemple de formes d’expression culturellesSens et intentionMode d'utilisation 
Siksikas (Pieds-Noirs)Décomptes des hiversCalendriers illustrés ou histoires dessinées sur des peaux de bison, comprenant la représentation d’un événement significatif pour chaque année.À regarder, lire et présenter
OjibwésChanson pour l’eauUne chanson chantée par les femmes qui sont les gardiennes de l’eau, pour montrer le respect et la révérence à l’égard de l’esprit de l’eau, en reconnaissance de son caractère sacré et de son immense importance pour toute la Création.À écouter
Anishinaabek, Haudenosaunee et autres Premières NationsCeinture de la chaîne d’alliance de 1764Une ceinture wampum affichant des symboles faits de coquillages, de perles et de ficelle qui rend compte de l’entente conclue à Niagara entre les Britanniques et plusieurs Premières Nations. À regarder et lire
HaudenosauneeAction de grâce Mots prononcés au début des cérémonies et des réunions importantes pour rendre grâce à l’environnement naturel.À écouter
HaudenosauneeKaswenta (Guswenta) ou wampum à deux rangsUne ceinture wampum affichant des symboles faits de coquillages et de ficelle qui rend compte de l’accord entre les Haudenosaunee et les Hollandais au milieu du XVIIe siècle. Chaque rangée représente une nation, la ceinture montrant que les nations coexistent sans interférer dans les affaires de l’autre.À regarder et lire
MétisVêtements perlésVêtements décorés avec du perlage minutieux, comportant souvent dans des motifs floraux distinctifs. Les couleurs et les motifs peuvent véhiculer des aspects de l'histoire des Métis, des enseignements métis ou l'identité familiale.À regarder
Inuits/Inuvialuit Danse du tambourUne combinaison de tambours et de danse, traditionnellement interprétée par des hommes. Les danses du tambour peuvent être utilisées comme un moyen pacifique de régler les différends.À écouter, regarder et présenter
TsimshiansCouverture à boutonsUn vêtement orné de boutons blancs formant l’image de l’animal qui représente le clan de l’individu portant la couverture.À regarder, lire et présenter
TsimshiansDanses comme la danse du corbeau et la danse des baleinesDanses qui communiquent des histoires importantes sur l’histoire et la Création. Les familles ou les clans recueillent et protègent ces danses, qui sont transmises d’une génération à l’autre.À présenter et à regarder