Aide
Français

Entrée en matière

L’étude de l’histoire répond au besoin humain fondamental de comprendre le passé. Elle nous plaît par ailleurs à cause de notre amour des récits. Dans le cours Les Premières Nations, les Métis et les Inuits au Canada, l’élève apprend que les cultures autochtones ont de nombreuses histoires et que chacune d’entre elles est significative et mérite un examen sérieux.

Le cours fournit à l’élève un aperçu des histoires des peuples autochtones sur leurs territoires traditionnels qui forment aujourd’hui le Canada, d’avant 1500 jusqu’à nos jours. Il donne une idée de la nature dynamique et diverse des histoires des Premières Nations, des Métis et des Inuits, et met l’accent sur des thèmes comme : les interactions entre les communautés autochtones ainsi qu’entre ces communautés et les colonisateurs, l’incidence de tendances et développements sociaux et économiques ainsi que des politiques colonialistes, et la lutte en faveur de l’autodétermination. En abordant ces thèmes, l’élève se familiarise avec les gens, les événements, les émotions, les combats et les défis qui définissent le présent et façonnent l’avenir. Le cours donne à l’élève le moyen de devenir une citoyenne ou un citoyen éclairé, capable de pensée critique, qui est en mesure d’interpréter et d’analyser des enjeux, des événements et des développements historiques et actuels, au Canada et ailleurs dans le monde. Il aide également l’élève à atteindre un niveau de connaissances et de compréhension qui lui permette de promouvoir la réconciliation au Canada.

Dans le cadre du cours, l’élève développe sa capacité d’utiliser les concepts de la pensée critique en histoire pour mieux comprendre le passé et sa relation avec la société dans laquelle elle ou il vit. L’élève développe également sa capacité d’utilisation du processus d’enquête en histoire, qui consiste en la collecte, l’interprétation et l’analyse de preuves et de renseignements historiques provenant de différentes sources primaires et secondaires, notamment des sources de connaissance autochtones, afin de faire des recherches et de tirer des conclusions sur des enjeux, des développements et des événements historiques.

L’étude des histoires des Premières Nations, des Métis et des Inuits en 10ᵉ année met à profit les connaissances, les attitudes et les habiletés, y compris les habilités de pensée, qui ont été acquises grâce à l’étude de l’histoire en 7ᵉ et 8ᵉ année, et prépare les élèves à suivre le programme-cadre d’études des Premières Nations, des Métis et des Inuits et/ou le programme–cadre d’études canadiennes et mondiales, 11ᵉ et 12ᵉ année.

Ce cours comporte six domaines d’étude. Le domaine A, Processus d’enquête et compétences transférables, est suivi de cinq domaines d’étude propres à chaque matière, organisés chronologiquement. Les six domaines d’étude sont les suivants :

A. Processus d’enquête et compétences transférables

B. Avant 1500

C. De 1500 à 1763 : Le colonialisme et ses impacts (contacts, conflits, traités)

D. De 1763 à 1876 : Expansionnisme canadien et résistance autochtone

E. De 1876 à 1969 : Assimilation, conquête et vie à l’ère industrielle

F. De 1969 à nos jours : Résilience, détermination et réconciliation

Le domaine A met explicitement l’accent sur le processus d’enquête en histoire et oriente l’élève dans son enquête sur des événements, des développements, des enjeux et des idées. Même si le domaine relatif au processus d’enquête est présenté séparément des domaines d’étude propres à chaque matière, l’élève est amené en pratique à faire usage des habiletés et des approches du domaine A, ainsi que des notions connexes de la pensée en histoire, pour mieux satisfaire aux attentes des domaines de B à F.

Nous encourageons le personnel enseignant à consulter la présentation générale du processus de recherche et d’enquête qui se trouve dans la partie Recherche et enquête : un processus commun pour des renseignements qui s’appliquent à tous les cours du programme-cadre d’études des Premières Nations, des Métis et des Inuits. Les explications se trouvant ci-après comportent une brève présentation du processus d’enquête en histoire, dans le contexte du cours qui nous intéresse. Pour plus d’information sur le processus d’enquête en histoire, les enseignantes et les enseignants peuvent consulter Le curriculum de l’Ontario, 9ᵉ et 10ᵉ année : Études canadiennes et mondiales (2018), p. 117.

Dans le cadre du cours, l’élève utilise le processus d’enquête en histoire pour étudier des événements, des développements, des enjeux et des idées d’importance pour les histoires des Premières Nations, des Métis et des Inuits, ainsi que pour rassembler, analyser et évaluer des preuves historiques, et pour poser des jugements éclairés et tirer des conclusions bien fondées. Dans le contexte de l’enquête en histoire relative au programme-cadre d’études des Premières Nations, des Métis et des Inuits, les cinq éléments du processus d’enquête doivent prendre en compte les facteurs suivants :

  • formuler des questions : Lorsqu’elle ou il formule des questions pour mieux définir la portée de son enquête, l’élève fait appel aux concepts de la pensée critique en histoire qui sont pertinents dans le cadre de l’enquête et élabore les critères qu’elle ou il utilisera pour évaluer les éléments de preuve, poser des jugements ou tirer des conclusions. L’élève est encouragé à faire usage des concepts de la pensée critique en histoire qui sont précisés pour chaque attente lorsqu’il élabore ses questions.
  • recueillir de l’information et l’organiser : L’élève est encouragé à inclure des sources autochtones authentiques lorsqu’elle ou il rassemble des preuves et des informations de différentes sources primaires et secondaires. Lorsque l’élève détermine le niveau de crédibilité et de fiabilité d’une source, l’élève doit impérativement tenir compte de sa fonction ou de son intention sous-jacente.
  • analyser et interpréter l’information recueillie : Lorsqu’elle ou il analyse des preuves et de l’information, l’élève applique les notions pertinentes de la pensée historique. Il est essentiel pour l’élève d’apprendre à reconnaître les préjugés dont sont empreints les documents, notamment les préjugés liés au contexte historique dans lequel ceux-ci ont été créés. Il est également important pour l’élève de déterminer si les sources reflètent tous les points de vue pertinents et si certains d’entre eux, s’il y a lieu, sont absents.
  • évaluer et tirer des conclusions : En faisant la synthèse de l’information recueillie pour poser des jugements critiques avisés et tirer des conclusions bien fondées, l’élève fait des liens entre le passé et le présent, détermine l’importance et les implications à court et à long terme d’événements, de développements et d’enjeux pour différentes personnes et différents groupes, et évalue si un événement, une action ou une politique étaient justifiés du point de vue de l’éthique.
  • communiquer ses résultats : L’élève, en communiquant clairement ses jugements et ses conclusions, accompagnés des preuves nécessaires, utilise la terminologie historique et les notions historiques appropriées, tout en respectant les normes établies de présentation des sources.

Dans le contexte du cours, comme dans tous les cours d’histoire, il est essentiel pour l’élève de ne pas seulement apprendre un ensemble de faits, mais aussi de développer la capacité de réflexion et de traitement du contenu qui convient à l’étude de l’histoire. À cette fin, le cours met l’accent sur la capacité de l’élève d’appliquer les concepts de la pensée critique en histoire présentés ci-dessous, qui font partie intégrante du travail de l’historienne ou de l’historien : 

  • importance historique
  • cause et conséquence
  • continuité et changement
  • perspective historique

L’élève fait appel à ces concepts lorsqu’elle ou il aborde le processus d’enquête et que l’enquête implique un processus complet ou que l’élève soit en train d’utiliser des habiletés précises correspondant à des composantes du processus pour satisfaire à une attente donnée. Dans le cadre de ce cours, on met l’accent sur au moins un concept de la pensée critique en histoire dans chaque attente des domaines de B à F. Le personnel enseignant peut utiliser les concepts en question pour donner plus de profondeur aux enquêtes des élèves (par exemple, en les encourageant à faire appel à la notion de perspective historique pour étudier, à partir de plusieurs points de vue, un enjeu lié aux peuples autochtones du Canada). Il est important que l’enseignante ou l’enseignant fasse preuve de discernement en s’assurant que le degré de complexité convient au niveau scolaire et au style d’apprentissage de l’élève, sans créer de la confusion.

Chacune des notions de la pensée historique est décrite ci-dessous.

Importance historique

Ce concept met l’élève au défi de déterminer l’importance d’un élément du passé (p. ex., une question, un événement, une évolution, une personne, un lieu, une interaction). L’importance historique est généralement déterminée par l’impact de cet élément sur un groupe de personnes ou sur un courant historique et par les effets durables de cet impact. L’élève prend progressivement conscience que ce qui revêt une importance historique pour un groupe n’a pas nécessairement la même importance pour un autre groupe. L’importance peut aussi être déterminée par le bien-fondé d’un élément du passé et ses liens avec une question d’actualité.

Dans ce cours, l’élève peut appliquer le concept d’importance historique à : son enquête portant sur les pratiques datant d’avant l’arrivée des Européens qui mettent en évidence les liens des Autochtones avec leurs territoires traditionnels ainsi que sur l’importance actuelle de ces pratiques; son évaluation de l’impact de la rafle des années 1960; son évaluation de l’importance de la création du Nunavut pour les Inuits.

Cause et conséquence

Ce concept met l’élève au défi de déterminer les facteurs qui influent sur un événement, une situation, une action ou une interaction, de même que leurs répercussions. L’élève développe une compréhension de la complexité des causes et des conséquences d’un événement ou d’une situation en se rendant compte qu’ils peuvent être causés par plus d’un facteur et avoir de nombreuses conséquences, tant voulues que non voulues. L’élève peut appliquer le concept de cause et conséquence à : son enquête portant sur les raisons d’être et l’impact des traités entre les Autochtones et les gouvernements coloniaux; son évaluation des facteurs ayant contribué au développement de la nation métisse; son analyse des impacts à court et à long terme du système des pensionnats indiens. 

Continuité et changement

Ce concept met l’élève au défi de déterminer ce qui n’a pas changé et ce qui a changé au cours d’une période donnée. La continuité et le changement peuvent être étudiés à travers les modes de vie, les politiques, les pratiques économiques, la relation à l’environnement et les valeurs sociales. L’élève émet des jugements sur la continuité et le changement tout en établissant des comparaisons entre un moment dans le passé et le présent, ou entre deux moments dans le passé. Par exemple, l’élève peut appliquer le concept de continuité et changement à : son analyse des façons dont les interactions avec les colonisateurs ont changé les modes de vie des Autochtones sur les plans matériel, culturel ou spirituel; son enquête portant sur les façons dont diverses affaires judiciaires ont eu un impact sur les droits des Premières Nations, des Métis et des Inuits; son évaluation de l’impact de la mobilisation et des mouvements protestataires sur les vies des Premières Nations, des Métis et des Inuits dans les dernières cinquante années.

Perspective historique

Ce concept met l’élève au défi de saisir à des fins d’analyse, des actions, des événements et des questions dans leur contexte historique. Pour y parvenir, il lui faut non seulement comprendre les contextes politique, économique, social et culturel ainsi que les valeurs et les croyances qui façonnaient la vie des personnes et dictaient leurs actions par le passé, mais aussi éviter d’appliquer au passé les valeurs et les normes sociales d’aujourd’hui. L’élève apprend aussi que différentes personnes ont différents points de vue sur les mêmes événements ou les mêmes questions, et ce, à toute époque. L’élève peut appliquer le concept de perspective à : l’examen des attitudes, des valeurs et des idées qui sous-tendent la Loi sur les Indiens ou le système de passe; l’analyse des réponses de Canadiens autochtones et non-autochtones à la Résistance du Nord-Ouest; ou à l’évaluation des points de vue des Inuits et du gouvernement fédéral sur le système d’identification alphanumérique.